Cet article date de plus de neuf ans.

Al-Qaïda est sur "la voie du déclin", estime Washington

L'organisation terroriste reste une menace, nuance cependant le département d'Etat.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Sur le site d'un attentat au Yémen, le 18 juin 2012. Al-Qaïda dans la péninsule arabique (Aqpa) inquiète les Etats-Unis. (AFP)

Ben Laden tué, Al-Qaïda poursuit sa chute. Selon le rapport 2011 du département d'Etat américain sur le terrorisme (qui n'est pas encore en ligne), l'organisation est "sur la voie du déclin". Al-Qaïda aurait subi un sérieux revers avec la mort de plusieurs de ses dirigeants, estime la diplomatie américaine.

Evoquant le raid conduit en mai 2011 par les forces spéciales américaines contre la résidence d'Oussama ben Laden à Abbottabad, au Pakistan, qui a conduit à la mort du chef d'Al-Qaïda, le rapport souligne que ce dernier "était resté profondément impliqué dans la direction des opérations [du groupe] et l'établissement de sa stratégie". Conséquence : cette disparition et celle "de plusieurs de ses lieutenants place le réseau sur la voie du déclin, d'où il sera difficile de revenir".

Aqpa et l'Iran en ligne de mire

Malgré cet affaiblissement, le département d'Etat dit avoir constaté la montée de groupes affiliés à la nébuleuse extrémiste à travers le monde. Al-Qaïda dans la péninsule arabique (Aqpa) a en particulier constitué une "menace sérieuse", gagnant des territoires dans le sud du Yémen.

Toutefois, pour Washington, la principale menace terroriste pour les Etats-Unis reste l'Iran, qualifié officiellement en 1984 d'Etat soutenant le terrorisme. "L'Iran est resté en 2011 un Etat soutenant activement le terrorisme et a accru ses activités liées au terrorisme", peut-on lire dans le document adressé au Congrès, qui précise que Téhéran continue de fournir des armes et des entraînements à des groupes tels que le Hamas ou le Hezbollah.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Proche-orient

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.