Prix Nobel de chimie : Jacques Dubochet, Joachim Frank et Richard Henderson récompensés pour leurs travaux sur la cryo-microscopie électronique

La cryo-microscopie électronique correspond à une technique de préparation qui permet d’observer des échantillons biologiques dans leur état, sans additif comme les colorants.

Les lauréats du prix Nobel de chimie 2017, Jacques Dubochet, Joachim Frank et Richard Henderson, présentés par l\'Académie royale des sciences de Suède, le 4 octobre 2017. 
Les lauréats du prix Nobel de chimie 2017, Jacques Dubochet, Joachim Frank et Richard Henderson, présentés par l'Académie royale des sciences de Suède, le 4 octobre 2017.  (JONATHAN NACKSTRAND / AFP)

Jacques Dubochet, Joachim Frank et Richard Henderson obtiennent le prix Nobel de chimie, mercredi 4 octobre, pour leurs travaux sur la cryo-microscopie électronique. Cette technique de préparation permet d’observer des échantillons biologiques (virus, protéines...) dans leur état, sans additif comme les colorants. Désormais, il est possible d'observer des protéines avec une résolution au niveau de l'atome.

"Le prix cette année récompense une méthode rafraîchissante d'imagerie des molécules de la vie", a annoncé Göran Hansson, le secrétaire-général de l'Académie royale des sciences de Suède, qui décerne le prix. Grâce à cette méthode, "les chercheurs peuvent désormais produire (...) des structures tridimensionnelles de biomolécules", a justifié le jury Nobel.

Invention dans les années 1980

En microscopie électronique conventionnelle, ces échantillons, souvent constitués d'une grande quantité d'eau, doivent être déshydratés et donc altérés. L'utilisation de colorants ou de sels est également fréquente pour obtenir la meilleure image possible. 

Le Suisse Jacques Dubochet, aujourd'hui âgé de 75 ans, a révolutionné ces pratiques avec ses équipes, en inventant la cryo-microscopie électronique dans le courant des années 1980. Concrètement, il s'agit de congeler l'échantillon pour qu'il conserve son état originel. L'eau de la molécule est "vitrifiée" le plus rapidement possible, avant sa cristallisation.

Une technique utilisée pour le virus Zika

En 1990, le Britannique Richard Henderson, âgé de 72 ans aujourd'hui, a été le premier à produire une image en 3D en résolution atomique d'une protéine. L'Américain Joachim Frank, 77 ans, a ensuite perfectionné cette technique. Il l'a également rendue plus facile à utiliser.

"Quand les chercheurs ont commencé à soupçonner que le virus Zika était responsable de l'épidémie entraînant de graves anomalies cérébrales chez les nourrissons au Brésil [en 2015], ils ont eu recours à la cryo-microscopie électronique pour visualiser le virus", a rappelé le comité Nobel.