Trois Américains obtiennent le prix Nobel de physique pour la détection des ondes gravitationnelles

Les ondes gravitationnelles sont des déformations de l'espace-temps, dont Albert Einstein avait prédit l'existence il y a un siècle.

Kip Thorne et Rainer Weiss, deux des physiciens primés par le Nobel, à Washington (Etats-Unis), le 11 février 2016.
Kip Thorne et Rainer Weiss, deux des physiciens primés par le Nobel, à Washington (Etats-Unis), le 11 février 2016. (SAUL LOEB / AFP)

Rainer Weiss, Barry Barish et Kip Thorne, trois Américains, ont obtenu le prix Nobel de physique, mardi 3 octobre, pour l'observation des ondes gravitationnelles, des déformations de l'espace-temps théorisées par Albert EinsteinCe phénomène s'explique ainsi : l'espace-temps est un peu comme un gros bloc de gelée dans lequel les galaxies seraient coincées. Lorsqu'un événement violent se produit (par exemple la collision de deux étoiles), cela provoque des vibrations dans toute la gelée : ce sont les ondes gravitationnelles.

Leur découverte a "bouleversé le monde"

Le jury Nobel a primé "leurs contributions décisives au détecteur LIGO et l'observation des ondes gravitationnelles", une avancée capitale de la recherche. Leur "découverte a bouleversé le monde", a souligné le secrétaire-général de l'Académie suédoise des sciences, Göran Hansson. Un siècle après la prédiction d'Einstein, ces physiciens ont fait faire un pas de géant à l'astrophysique et levé un pan de voile sur les mystères du cosmos. "Nous savions que des ondes gravitationnelles existaient [mais] c'est la première fois qu'elles ont été observées directement", s'est réjouie Olga Botner, membre du comité de physique Nobel, lors d'une conférence de presse.

Au moyen de l'instrument américain LIGO (Laser Interferometer Gravitational-Wave Observatory), que les scientifiques primés ont créé et qui est formé de deux détecteurs identiques en Louisiane et dans l'Etat de Washington, les ondes gravitationnelles ont été directement observées pour la première fois en septembre 2015. L'annonce en avait été faite le 11 février 2016. En septembre 2017, un autre instrument, le détecteur européen Virgo, a enregistré à son tour pour la première fois des ondes gravitationnelles.