La Française Maryse Condé remporte le "nouveau prix de littérature", substitut au prix Nobel

La "Nouvelle académie" récompense l'écrivaine guadeloupéenne, qui décrit dans ses livres "les ravages du colonialisme et le chaos du post-colonialisme".

\"Dans ses oeuvres, avec un langage précis\", Maryse Condé \"décrit les ravages du colonialisme et le chaos du post-colonialisme\", a fait valoir la \"Nouvelle académie\".
"Dans ses oeuvres, avec un langage précis", Maryse Condé "décrit les ravages du colonialisme et le chaos du post-colonialisme", a fait valoir la "Nouvelle académie". (ULF ANDERSEN / AURIMAGES / AFP)

Elle avait été citée plusieurs fois pour le prix Nobel. L'écrivaine française Maryse Condé a remporté, vendredi 12 octobre, "le nouveau prix de littérature", institué par la "Nouvelle académie" spécialement constituée pour remplacer le prix Nobel de littérature 2018, dont le lauréat sera révélé l'année prochaine. "Dans ses œuvres, avec un langage précis", Maryse Condé "décrit les ravages du colonialisme et le chaos du post-colonialisme", a fait valoir l'institution.

Née en février 1937 à Pointe-à-Pitre (Guadeloupe), Maryse Condé a publié une trentaine de romans portant notamment sur l'esclavage et l'Afrique, ainsi que des pièces de théâtre et des essais. Souvent pressentie pour le prix Nobel de littérature, elle ne l'a encore jamais reçu. "Je suis très heureuse et très fière d'avoir ce prix mais permettez-moi de le partager avec ma famille, avec mes amis et surtout avec tous les gens de la Guadeloupe (...) qui seront émus et heureux de me voir récompensée", a-t-elle réagi dans une vidéo, peu après l'annonce.

Un prix décerné uniquement cette année

La création de ce prix a été annoncée au printemps, en même temps que celle de la "Nouvelle académie" par une centaine de personnalités de la culture en Suède, après l'annonce du report du prix Nobel de littérature 2018. "Il n'aura lieu que cette année", a précisé Alexandra Pascalidou, personnalité de la scène culturelle suédoise, à l'origine de la création de ce prix. L'Académie suédoise s'est retrouvée prise dans la déferlante #MeToo à l'automne 2017 lorsque 18 femmes ont publiquement accusé l'époux français d'une académicienne de les avoir harcelées, agressées ou violées. Ce dernier, Jean-Claude Arnault, a été condamné à deux ans de prison ferme par la justice suédoise début octobre.