Primaire républicaine : "L'Amérique d'abord" pour Donald Trump

Le favori du camp républicain aux primaires a déroulé mercredi soir ses projets en matière de politique étrangère. Un discours destiné à asseoir sa stature présidentielle.

(Donald Trump a donné sa vision en matière de politique étrangère à Washington mercredi © MaxPPP)

Alors qu’il se rapproche à grand pas de l’investiture après avoir encore remporté cinq primaires mardi, Donald Trump a précisé sa pensée en matière de diplomatie devant la presse et des experts en en politique étrangère mercredi à Washington. 

A LIRE AUSSI ►►►Primaires américaines : sur la route des meetings de Donald Trump

Une fois n’est pas coutume, le favori de l'investiture républicaine pour la course à la Maison Blanche a évité l'improvisation. C’est à l'aide d’un téléprompteur que Donald Trump a prononcé son discours de politique étrangère. Le ton se voulait plus sobre. Même s’il s’en défend, le candidat a suivi les conseils de son équipe, qui le pousse à se montrer plus présidentiable. Pour autant, sur le fond, le contenu n’a pas varié. Donald Trump défend une approche protectionniste, qualifiée par beaucoup de populiste.

"Les Américains doivent savoir que nous ferons passer le peuple américain d’abord, sur le commerce, sur l’immigration, sur la politique étrangère, sur les emplois, les salaires".

La sécurité des travailleurs américains sera toujours ma première priorité a-t-il ajouté. "Nous n’abandonnerons plus ce pays aux fausses promesses de la globalisation". 

La vision de Donald Trump en matière de politique étrangère : un reportage de Charlotte Alix à Washington
--'--
--'--

Mardi soir, après avoir encore remporté cinq primaires, Donald Trump s’était présenté comme le candidat naturel du parti républicain.  Avec ce discours, il a voulu montrer qu’il était désormais tourné vers l’élection générale de novembre. En témoigne d’ailleurs les violentes critiques, tout au long du discours, du bilan d’Hillary Clinton, sa rivale démocrate et ancienne chef de la diplomatie américaine.

(Donald Trump plus très loin de la majorité des délégués © Visactu)