Cet article date de plus de huit ans.

Près de 80 morts dans un attentat contre les chiites au Pakistan

Le bilan s'aggrave au fil des heures, après un attentat à l'explosif contre la communauté chiite du Pakistan, perpétré dans une province instable du pays. C'est l'un des attentats les plus meurtriers au Pakistan contre cette minorité religieuse qui représente près d'un cinquième de la population.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Naseer Ahmed Reuters)

La bombe était cachée dans
un camion-citerne. Elle a été actionnée à distance alors que le camion se
trouvait sur un marché local de Hazara Town, une ville chiite de la province du
Baloutchistan. Selon le dernier bilan de la police pakistanaise, cette explosion
a fait au moins 79 morts et plus de 200 blessés, dont une grande majorité de
chiites.

Un bâtiment de deux étages
a également été détruit par la déflagration. La foule a encerclé le quartier
après l'attentat, et a jeté des pierres sur la police, l'accusant de ne pas assez
protéger les chiites. Le porte-parole des habitants de confession chiite a
décrété trois jours de deuil et a condamné l'inaction du gouvernement
pakistanais.

Depuis janvier, 165
chiites tués

Ce bilan fait de cette
attaque l'une des plus meurtrières perpétrées contre la communauté chiite.
Minoritaire au Pakistan, elle représente toutefois environ 20% de la population
totale du pays. Les violences contre cette communauté se sont multipliées ces
dernières années, notamment au Baloutchistan. Pour le seul début d'année 2013,
165 chiites ont été tués. En 2012, selon l'ONG Human Rights Watch, plus de 400
chiites ont été tués au Pakistan.

L'attentat a été
revendiqué dans la presse par un groupe armé sunnite, Lashkar-e-Jhangvi. Fondé
au milieu des années 90, il a depuis été officiellement interdit par les
autorités pakistanaises, mais continue à perpétrer des attentats. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.