Cet article date de plus de douze ans.

Premiers pourparlers entre les rivaux

Les rivaux malgaches Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana ont entamé des discussions mercredi à Maputo
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Andry Rajoelina (G) et le secrétaire du SADC, Tomas Salomao à l'ouverture de la conférence de Maputo (05/08/2009) (© AFP/Carlos LITULO)
Les rivaux malgaches Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana ont entamé des discussions mercredi à MaputoLes rivaux malgaches Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana ont entamé des discussions mercredi à Maputo

Il s'agit de leur première rencontre depuis que Rajoelina a évincé Ravalomanana du pouvoir à Madagascar, en crise depuis janvier.

Ils sont sous l'égide d'une médiation internationale et ont jusqu'à samedi pour trouver un terrain d'entente et peut-être une issue à la crise malgache.

En terrain neutre, les pourparlers sont menés par l'ancien président mozambicain Joaquim Chissano, et deux ex-présidents malgaches, Didier Ratsiraka et Albert Zafy, y participent. "L'Afrique et le monde entier ont les yeux tournés vers nous", a prévenu Chissano, à l'ouverture de la réunion dans la capitale di Mozambique.

L'ambiance entre Rajoelina et Ravalomanana semblait glaciale: les deux chefs ont évité de croiser leur regard et ne se sont pas serré la main, a constaté une journaliste de l'AFP. En revanche, Ravalomanana a échangé une poignée de mains avec son rival Ratsiraka, à qui il avait succédé en 2002 après des affrontements violents entre leurs partisans.

"C'est une réunion historique", a estimé l'émissaire de l'ONU pour Madagascar, Tiébilé Dramé. Après deux heures d'introduction aux disussions, celles-ci ont été suspendues, pour reprendre jeudi.

La crise malgache

Madagascar est plongé depuis janvier dans une crise politique majeure marquée par le bras de fer entre Rajoelina et Ravalomanana.

A l'issue de manifestations ayant causé la mort de plus d'une centaine de personnes, Ravalomanana avait remis le 17 mars ses pouvoirs à un directoire militaire qui les avait immédiatement transférés à Rajoelina.

Jusqu'à présent, toutes les tentatives de négociations entre délégués des quatre mouvances ont achoppé sur la "charte de transition" destinée à mener Madagascar à de nouvelles élections. La reprise des pourparlers à Maputo, cette fois au sommet, vise à débloquer les points en suspens.

"Il y a la question du principe d'une transition pacifique pouvant garantir la stabilité de Madagascar, il y a la question de l'amnistie, il y a la question de qui va diriger la transition, la question d'un gouvernement de consensus où toutes les sensibilités politiques malgaches sont représentées et la question du retour du président Ravalomanana", a expliqué l'émissaire de l'Onu Tiébilé Dramé.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.