Pays-Bas : Mark Rutte, Premier ministre resté le plus longtemps au pouvoir, quitte la politique après sa démission

Il a annoncé qu'il se retirerait après les législatives anticipées, prévues à l'automne.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min
Le Premier ministre néerlandais Mark Rutte s'exprime devant le Parlement, à La Haye (Pays-Bas) le 10 juillet 2023. (ROBIN VAN LONKHUIJSEN / ANP MAG / AFP)

Sa décision met fin à la carrière de celui qui détient le record de longévité à la tête du gouvernement des Pays-Bas. Le Premier ministre Mark Rutte a annoncé, lundi 10 juillet, quitter la vie politique. Surnommé "Teflon" pour avoir survécu aux différents scandales qui ont secoué ses quatre gouvernements depuis 2010, le dirigeant de droite libérale (VVD) a déclaré qu'il se retirerait après les législatives anticipées prévues cet automne et provoquées par l'effondrement de sa dernière coalition et sa démission, en raison de disputes internes autour du durcissement de la politique d'asile néerlandaise.

Mark Rutte avait assuré vendredi avoir encore "l'énergie" de se présenter comme tête de liste de son parti aux législatives afin de viser un cinquième mandat, mais qu'il devait dans un premier temps y "réfléchir". Il a finalement créé la surprise lundi : "Je ne suis plus apte à être de nouveau tête de liste pour le VVD", a-t-il affirmé devant des députés abasourdis.

Plus d'une décennie à la tête du pays

"Je me sens bien, mais bien sûr, c'est un moment important pour moi personnellement", a déclaré Mark Rutte. Il était le chef de gouvernement de l'Union européenne en activité ayant passé le plus de temps au pouvoir, après le Hongrois Viktor Orban.

Mark Rutte, qui a l'habitude de se rendre à des rendez-vous officiels à vélo, a durant plus d'une décennie à la tête des Pays-Bas soigné son image de "Monsieur tout le monde" afin de séduire les électeurs. Il était également un pilier européen qui a exaspéré certains pays du Sud avec sa ligne dure sur les renflouements. Il avait cependant gagné la sympathie d'autres dirigeants européens pour son soutien à l'Ukraine.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.