Des commerces pillés et des heurts à Sarcelles après un rassemblement propalestinien interdit

La manifestation a tourné aux affrontements une fois l'essentiel des participants dispersés. 

Heurts entre manifestants et forces de l\'ordre, le 20 juillet 2014 à Sarcelles (Val d\'oise). 
Heurts entre manifestants et forces de l'ordre, le 20 juillet 2014 à Sarcelles (Val d'oise).  (JACQUES DEMARTHON / AFP)

Comme à Paris la veille, une manifestation propalestinienne interdite a dégénéré, dimanche 20 juillet à Sarcelles dans le Val-d'oise. Des dégradations ont été constatées à l'issue du rassemblement de centaines de sympathisants propalestiniens près de la gare de Garges-Sarcelles. Des commerces ont été pillés et la police a tiré des balles en caoutchouc.

Quelques journalistes ont été pris à partie dont un caméraman de télévision a été dépouillé de son matériel et un photographe de l'AFP, légèrement blessé. Selon France 3, huit personnes ont été interpellées et quatre policiers blessés. 

Un début dans le calme

Entourés d'un dispositif policier important, plusieurs manifestants avaient auparavant pris la parole sur un parvis situé derrière la gare pour dénoncer l'interdiction de manifester, mais avaient incité au calme, disant vouloir "éviter la casse". C'est lors de la dispersion, qui a rapidement suivi le rassemblement, qu'une partie des jeunes manifestants se sont engouffrés dans la ville, vers des positions de CRS.

Selon Le Figaro, une synagogue "a été prise pour cible par le jet d'un cocktail molotov". Des flammes ont léché le batiment sécurisé par la police sans que le feu ne prenne. 

Des affrontements avec la police

Des dizaines de jeunes manifestants, aux visages masqués pour certains, ont d'abord cassé la vitrine d'une boutique de téléphonie et lancé des pierres en direction des policiers, qui ont répliqué avec des gaz lacrymogènes.

Des pilleurs ont ensuite saccagé un magasin de pompes funèbres, détruisant sa vitrine, dans une rue perpendiculaire à l'avenue Paul-Valéry, épicentre des violences en marge de la manifestation. Plusieurs jeunes, rassemblés dans cette rue, scandaient "Israël on t'encule!". Un peu plus loin, des casseurs ont attaqué une pharmacie, qui a pris feu.

Comme le montre des photos publiées sur Twitter, des voitures ont été incendiées et de très nombreux véhicules ont eu leurs vitres cassées. Une cabine téléphonique a été détruite, et les casseurs ont mis le feu à des poubelles. 

Un défilé pro-israélien prévu au même endroit 

Un défilé propalestinien ainsi qu'un rassemblement pro-israélien organisé par la Ligue de défense juive (LDJ) avaient été prévus au même endroit, la gare RER, et à la même heure, incitant la mairie et la préfecture à interdire les deux.

Sarcelles, parfois surnommée "la petite Jérusalem", compte une importante communauté juive séfarade. La LDJ, un collectif de jeunes activistes radicaux, avait annoncé sur son site que "les amis d'Israël de Garges-les-Gonesse, de Sarcelles et du Val-d'Oise" se réuniraient "en soutien à la lutte du peuple israélien contre les terroristes du Hamas". Les forces de l'ordre les ont tenus à distance des propalestiniens.