Cisjordanie : le ministre palestinien du Travail va démissionner après la mort d'un militant des droits humains

La mort de Nizar Banat, détenu par l'Autorité palestinienne, a causé une vague d'indignation et de manifestations en Cisjordanie.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une manifestation à Ramallah, en Cisjordanie le 26 juin 2021, après la mort de Nizar Banat, un activiste des droits de l'homme. (AHMAD GHARABLI / AFP)

Une conséquence de la colère de la rue. Le ministre palestinien du Travail, Nasri Abou Jeich, va démissionner de son poste lundi, a expliqué à l'AFP dimanche 27 juin Issam Abou Bakr, un membre de son parti. Cette décision fait suite à la mort, jeudi, du militant des droits humains Nizar Banat lors de sa détention par l'Autorité palestinienne. La mort de ce dernier a suscité une vague d'indignation et de manifestations en Cisjordanie occupée contre le gouvernement de Mahmoud Abbas.

Le militant Nizar Banat, 43 ans, était connu pour ses vidéos postées sur les réseaux sociaux critiquant l'Autorité palestinienne de Mahmoud Abbas, qu'il accusait de corruption. Sa famille accuse les forces de sécurité palestiniennes de l'avoir "assassiné". Le Premier ministre palestinien Mohammed Shtayyeh a annoncé l'ouverture d'une enquête.

Nizar Banat avait été candidat sur une liste d'indépendants aux législatives palestiniennes qui devaient se tenir en mai avant d'être reportées sine die par Mahmoud Abbas, 86 ans, dont le mandat devait se terminer en 2009. Les dernières élections dans les Territoires palestiniens remontent aux législatives de 2006, date à laquelle les tensions entre le Fatah laïque de Mahmoud Abbas et le mouvement islamiste Hamas avaient mené à des affrontements armés et à une scission géographique du pouvoir entre l'Autorité palestinienne, en Cisjordanie occupée, et le Hamas, qui contrôle la bande de Gaza.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Palestine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.