Australie : un homme arrêté après des coups de feu à l'aéroport de Canberra

Le principal terminal a été évacué "par précaution", annonce la police locale. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un suspect a été arrêté à l'aéroport de Canberra (Australie) après des tirs. (GOOGLE STREET VIEW)

Un homme a été arrêté à l'aéroport de Canberra (Australie), dimanche 14 août, suspecté d'être l'auteur de coups de feu dans le principal terminal. "Le terminal de l'aéroport de Canberra a été évacué par précaution et la situation à l'aéroport est sous contrôle", a déclaré la police dans un communiqué, sans faire état de blessés.

"Un homme est entré dans l'aéroport de Canberra dans la zone des départs. Il s'est assis dans l'une des zones adjacentes aux fenêtres en verre, a ensuite déclaré le commissaire Dave Craft aux journalistes, à l'extérieur du bâtiment de l'aéroport. Après environ cinq minutes, cet homme a pris une arme à feu en sa possession et a tiré environ cinq fois."

Des images diffusées sur les réseaux sociaux montrent un policier immobilisant un homme au sol à l'intérieur du terminal tandis que les alarmes retentissaient dans le principal aéroport de la capitale. De l'extérieur, plusieurs impacts de balle étaient visibles sur la façade vitrée de l'aéroport, selon des images diffusées par la chaîne publique australienne ABC (en anglais) et d'autres médias.

"La police a été avertie (...) à la suite d'informations faisant état de coups de feu dans le terminal principal", a précisé la police de la capitale australienne. "Peu de temps après, une personne a été placée en garde à vue et une arme à feu a été confisquée", a-t-elle ajouté, soulignant que l'homme semblait avoir agi seul. Le motif de l'assaillant présumé n'est pour l'heure pas clair.

L'aéroport de Canberra a déclaré qu'il travaillait avec les compagnies aériennes pour relancer les vols d'ici dimanche après-midi. Certains vols ont été annulés.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Pacifique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.