Cet article date de plus de neuf ans.

Nucléaire iranien : les négociations dans l'impasse vont continuer

L'Iran et les puissances qui discutent avec elle ont décidé de prolonger les négociations sur le programme nucléaire de Téhéran jusqu'au 30 juin prochain. Même si elles se séparent sur un constat d'échec à la date butoir du 24 novembre, elles notent des progrès suffisants pour ne pas fermer la porte.
Article rédigé par France Info
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
  (Les négociateurs du groupe de discussion à Vienne. © REUTERS/Joe Klamar)

Les ministres des puissances dites "P5+1" - autrement dit les cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU (Chine, Etats-Unis, France, Royaume-Uni, Russie) plus l'Allemagne - préfèrent le verre à moitié plein : Des "progrès importants " ont été réalisés dans les dernières discussions entamées mardi dernier à Vienne, a déclaré Philip Hammond à la presse. Son homologue russe Sergueï Lavrov a pour sa part parlé de "progrès substantiels ".  "Au cours de ces derniers jours il y a des idées nouvelles qui ont été mises sur la table qui demandent évidemment un examen technique très précis ", a commenté le ministre français Laurent Fabius. "Il faudra davantage de temps. L'objectif, c'est d'essayer de trouver un accord si possible qui va dans le sens de la paix et de la sécurité ".

Pour le président iranien Hassan Rohani, "de nombreux fossés ont été en partie comblés" . "Nos positions et celles de l'autre partie se sont rapprochées" a t-il-expliqué. Hassan Rohani a par ailleurs affirmé que "ce chemin aboutira à un accord définitif."  

Nouvelles discussions en décembre

Un objectif clair a été fixé : atteindre un "accord de principe " sur le fond d'ici trois mois, a ajouté le secrétaire britannique au Foreign Office. Sergueï Lavrov a dit espérer cet accord sur les "principes de base " d'un document final d'ici "trois à quatre mois ". Les discussions reprendront en décembre dans un lieu non encore décidé. Pendant ces prolongations, Téhéran restera éligible à un allègement des sanctions d'une valeur de 700 millions de dollars par mois.

Initialement, l'accord devait être bouclé ce lundi soir, après une semaine de négociation à Vienne. L'objectif est de réduire les capacités iraniennes d'enrichissement de l'uranium en échange d'une levée des sanctions qui frappent le pays depuis 2007.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.