Cet article date de plus de dix ans.

Nicolas Sarkozy et Dmitri Medvedev ont inauguré ensemble mardi l'exposition sur la Sainte Russie au musée du Louvre

Les présidents russe et français, accompagnés de leurs épouses, ont parcouru en 45 minutes cette exposition phare de l'année croisée France-Russie, avant un dîner à l'Elysée.Dmitri Medvedev, arrivé lundi à Paris, y effectue une visite officielle de trois jours. Les deux chefs d'Etat ont annoncé lundi des partenariats stratégiques et économiques.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Dmitri Medvedev et Nicolas Sarkozy visitent l'exposition "Sainte Russie" au Louvre, le 2 février 2010 (AFP / Jacky Naegelen)

Les présidents russe et français, accompagnés de leurs épouses, ont parcouru en 45 minutes cette exposition phare de l'année croisée France-Russie, avant un dîner à l'Elysée.

Dmitri Medvedev, arrivé lundi à Paris, y effectue une visite officielle de trois jours. Les deux chefs d'Etat ont annoncé lundi des partenariats stratégiques et économiques.

Ils ont annoncé des négociations pour l'achat par la Russie de navires de guerre français et l'accord de Moscou à de nouvelles sanctions contre l'Iran.

La visite d'Etat de M. Medvedev doit renforcer les liens économiques et politiques avec la France, considérée comme un des alliés les plus proches de Moscou en Europe occidentale.

Nicolas Sarkozy et Dmitri Medvedev, en visite à Paris jusqu'à mercredi, ont insisté sur la "confiance" qui les lie.

La France et la Russie ont ainsi débuté des "négociations exclusives" pour quatre navires militaires Mistral, puissant navire de guerre français, selon le chef de l'Etat français. Un projet de contrat qui suscite de grandes inquiétudes au sein de l'OTAN, et parmi les voisins de la Russie.

Le président russe a pour sa part marqué son accord pour de nouvelles sanctions contre l'Iran, à condition qu'elles soient bien "ciblées" et "ne visent pas la population" iranienne. C'est la première fois que la Russie dit aussi clairement son soutien à de nouvelles sanctions contre l'Iran, soupçonné par les Occidentaux de vouloir se doter de l'arme atomique, ce que dément Téhéran.

Autres contrats économiques d'importance, le feu vert conjoint à la signature de deux accords. Les groupes GDF Suez et Gazprom ont signé un protocole d'accord sur l'entrée à hauteur de 9% du français dans le capital du projet de gazoduc North Stream, qui acheminera du gaz russe vers l'Europe via la mer Baltique. Et la confirmation d'un partenariat entre le groupe industriel Alstom et le constructeur de trains russe Transmashholding.

Dmitri Medvedev est accompagné dans sa visite par plusieurs magnats russes, parmi lesquels les milliardaires Mikhaïl Prokhorov, Oleg Deripaska et Viktor Vekselberg. Il va aussi rencontrer des hommes d'affaires français.

Lors de la visite du Premier ministre russe Vladimir Poutine, en novembre 2009, plusieurs contrats majeurs avaient été conclus: Renault avait signé un accord sur un plan de sauvetage du russe Avtovaz, tandis qu'EDF avait conclu un accord avec le russe Gazprom pour entrer dans le consortium en charge du projet de gazoduc South Stream, concurrent du projet européen Nabucco.

Le voyage de Vladimir Poutine en France avait fait grand bruit en Europe orientale, en raison des discussions entre Paris et Moscou sur la possible acquisition par la Russie du bâtiment de projection et de commandement de type Mistral. Les voisins de la Russie craignent que ce navire ne soit utilisé contre eux.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.