Naufrage en Méditerranée : cinq nouveaux survivants retrouvés

Cinq personnes, présentées comme des rescapés du naufrage de migrants survenu en Méditerranée, sont hors de danger en Crète ce mardi. Une fillette est, elle, dans un état critique. ll n’y a en revanche toujours aucune nouvelle des 500 disparus.

(Des migrants recueillis à Naples en Italie, fin août 2014. © Maxppp)

Trois Palestiniens, un Egyptien et une Syrienne. Ces cinq personnes font partie des rares survivants du naufrage d’un bateau de migrants en Méditerrannée. Un petite fille de moins de deux ans, vraisemblablement syrienne elle aussi, est toujours dans un état critique. Elle est hospitalisée en Crète.

L’Organisation internationale des migrations (OIM) craint “le naufrage le plus grave de ces dernières années ”. Elle a commencé à recueillir les premiers témoignages de ces nouveaux rescapés pour tenter de comprendre dans quelles circonstances ce drame a pu se produire.

Bateau coulé par les passeurs

Les cinq survivants ont confirmé à l’OIM qu’environ 500 migrants syriens, palestiniens, égyptiens et soudanais se trouvaient à bord du bateau. Ce dernier a fait naufrage dans les eaux internationales, au sud-est de Malte, alors qu’il était parti d’Egypte le 6 septembre dernier. Un porte-parole du Fatah à Gaza a lui précisé que “15 (Palestiniens de Gaza) qui tentaient d'immigrer en Italie sont morts noyés et des dizaines d'autres sont toujours portés disparus ".

Les recherches se poursuivaient ce mardi, mais il paraît désormais peu probable de trouver d’autres survivants. Les secours, coordonnés par les autorités maltaises, ont permis au total de retrouver 10 migrants et trois corps, selon un bilan établi mardi matin par l'OIM en Italie, en Grèce et à Malte.

A LIRE AUSSI ►►► Libye : des dizaines de migrants disparus dans un naufrage au large

Deux autres survivants palestiniens de 27 et 33 ans avaient été transférés en Sicile lors de l'opération de secours. Ils ont dénoncé une action volontaire des passeurs pour couler le bateau lorsque ses passagers ont refusé d'embarquer sur une embarcation plus petite.