Cet article date de plus de neuf ans.

#myNYPD : le gros bide de la police de New York sur Twitter

Alors qu'elle lançait une campagne sur Twitter mardi soir, la police de New York a vu celle-ci se retourner contre elle. Les forces de l'ordre demandaient aux habitants de poster sur le réseau social des photos d'eux interagissant avec des policiers. De très nombreux internautes ont répondu... en publiant des images de brutalités policières.
Article rédigé par Matthieu Mondoloni
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
  (Carlo Allegri Reuters)

C'est ce qu'on appelle sur Twitter se faire tacler, se faire "basher" ou se faire "troller", selon les points de vue. La police de New York en a fait les frais mardi soir, lorsqu'elle a demandé aux habitants de poster, sur Twitter, des photos d'eux interagissant avec des policiers. "Avez-vous une photo avec un membre de la police? Twittez-la avec le mot-dièse #myNYPD " (New York Police Department), avait lancé sur le réseau social en début d'après-midi le compte officiel de la police NYPD News. "Elle sera peut-être mise sur notre page Facebook. "

Les internautes ont joué le jeu, du moins en partie. S'ils ont bel et bien posté massivement un flot ininterrompu de messages et de photos reprenant le mot-dièse #myNYPD, c'était non pas pour montrer des images "heureuses" d'eux avec les forces de l'ordre, mais pour dénoncer les brutalités policières.

Les internautes très critiques

Photos d'arrestations de manifestants, celle d'un policier tirant les cheveux d'une jeune femme noire menottée ou encore cette autre montrant des officiers encadrant un homme de 84 ans au visage ensanglanté, arrêté pour avoir traversé en dehors des clous... Les clichés ne manquaient pas pour critiquer le NYPD. Les commentaires dénonçaient aussi les pratiques policières du "stop and frisk", fouilles impromptues visant surtout les jeunes noirs et latinos.

"Vous avez besoin qu'on vous emmène quelque part? La police est là, livraison gratuite, seulement à #myNYPD ", pouvait-on lire sous une photo de trois policiers transportant par les pieds et les mains un manifestant. "Ici, le NYPD s'engage avec les membres de sa communauté, changeant les coeurs et les esprits, coup de matraque après coup de matraque ", affirmait un autre tweet montrant un policier prêt à frapper des manifestants avec une matraque.

Une autre photo montrait la police massée devant une banque. "#myNYPD travaille pour les 1% contre les 99%", écrivait son auteur.

Un vrai flop, un gros "fail" pour la police new-yorkaise qui a fait beaucoup rire sur le réseau social. "#myNYPD est un désastre absolu de communication ", a commenté un internaute. "Il y a assez d'images d'abus policiers avec #myNYPD pour ouvrir une enquête du Département de la justice", a également tweeté une autre.

Quant au compte @NYPDnews, il a fait comme si de rien n'était, se contentant de relayer les -rares- images de policiers et de citoyens prenant la pose tout sourire. "C'est quoi le mot pour faire semblant d'ignore quelque chose ? ", demandait ironiquement un internaute.

Si l'opération de communication est un échec retentissant, la police de New York peut se consoler avec au moins une chose (ou pas) : le mot-dièse #myNYPD était dans les sujets les plus tendances de Twitter mardi soir.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.