Irak : des milliers de personnes toujours dans la rue contre le gouvernement

En Irak, la contestation anti-régime s'intensifie. Les forces de l'ordre ont tiré sur des manifestants à Bagdad.

franceinfo

Les balles claquent au milieu des manifestants. A Bagdad comme dans d'autres villes du sud du pays, les Irakiens occupent les rues depuis plus d'un mois malgré le couvre-feu et la coupure des réseaux sociaux. Depuis le début de cette contestation populaire, il y aurait au moins 270 morts et plusieurs milliers de blessés. L'étincelle a été le limogeage par le gouvernement d'un général, dit incorruptible.

Une grande pauvreté

L'affront de trop pour une partie des Irakiens qui dénoncent une classe politique gangrénée par la corruption. "Nous voulons balayer ce gouvernement. Les partis politiques ne servent pas du tout les intérêts de l'Irak", confie au micro de franceinfo Fatima al Zahra Ahmed, étudiante. Les manifestants les tiennent responsables de la grande pauvreté qui touche un quart de la population, malgré les immenses réserves de pétrole de l'Irak. Ils dénoncent aussi l'état déplorable des services publics et le peu d'accès à l'eau potable et à l'électricité.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des manifestants réunis sur la place Tahrir de Bagdad, en Irak, le 31 octobre 2019.
Des manifestants réunis sur la place Tahrir de Bagdad, en Irak, le 31 octobre 2019. (AHMAD AL-RUBAYE / AFP)