Au moins 22 pèlerins meurent lors du hajj à La Mecque, l'Arabie saoudite alerte sur des températures proches de 50°C

La Jordanie a rapporté que 14 de ses ressortissants avaient succombé à "une insolation due à la vague de chaleur extrême" lors du pèlerinage, qui est l'un des cinq piliers de l'islam.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min
Un membre des forces de sécurité saoudiennes porte secours à un homme victime des fortes chaleurs, le 16 juin 2024, lors du hajj à Mina (Arabie saoudite). (FADEL SENNA / AFP)

L'Arabie saoudite a mis en garde, lundi 17 juin, contre des températures extrêmes à La Mecque, où se termine le grand pèlerinage musulman du hajj. Ce rite annuel, l'un des plus grands rassemblements religieux au monde, a été marqué par plus de 2 700 cas d'"épuisement dus la chaleur" pour la seule journée de dimanche, selon le ministère de la Santé. Au moins 22 décès ont été rapportés par les autorités jordaniennes, iraniennes et sénégalaises.

"Les lieux saints enregistrent aujourd'hui les températures les plus élevées depuis le début du hajj, qui peuvent atteindre 49 degrés, et nous conseillons aux invités de Dieu de ne pas s'exposer au soleil", a déclaré le ministère de la Santé saoudien, lundi, selon la télévision d'Etat. La température a même atteint 51,8 degrés à La Mecque, d'après les services météo locaux.

Le ministère des Affaires étrangères jordanien a déclaré dimanche que 14 pèlerins jordaniens sont morts "après avoir subi une insolation due à la vague de chaleur extrême" et que 17 autres étaient "portés disparus". Téhéran a fait état de la mort de cinq Iraniens, sans préciser la cause de leur décès, tandis que Dakar a déclaré que trois Sénégalais étaient également décédés.

"On aurait dit le Jugement dernier"

Cette année, le hajj a attiré environ 1,8 million de pèlerins, dont 1,6 million de l'étranger, d'après les autorités saoudiennes. Lundi, à Mina, certaines personnes s'aspergeaient la tête d'eau, tandis que les autorités distribuaient des boissons fraîches et des glaces au chocolat qui fondaient rapidement. Azza Hamid Brahim, une Egyptienne de 61 ans, a raconté avoir vu des corps immobiles sur le bord de la route menant aux stèles représentant Satan. "On aurait dit le Jugement dernier, la fin du monde", a-t-elle commenté. 

Arzu Farhaj, venue du Pakistan, a déclaré qu'elle s'était efforcée de trouver de l'aide pour une femme qui gisait sur le bord de la route. "Les gens passaient par là", indifférents, a-t-elle expliqué. "Nous avons demandé à la sécurité d'appeler une ambulance ou quelque chose de ce genre, mais il n'y avait rien de tel." 

Le hajj est l'un des cinq piliers de l'islam. Les musulmans qui en ont les moyens doivent accomplir ce pélerinage au moins une fois dans leur vie.

Consultez lamétéo
avec
voir les prévisions

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.