Mexique : 34 candidats assassinés depuis le début de la campagne aux élections dimanche 2 juin

Publié
Durée de la vidéo : 3 min
Mexique : 34 candidats assassinés depuis le début de la campagne aux élections dimanche 2 juin
Mexique : 34 candidats assassinés depuis le début de la campagne aux élections dimanche 2 juin Mexique : 34 candidats assassinés depuis le début de la campagne aux élections dimanche 2 juin (france 2)
Article rédigé par France 2 - F. Genezeau, Z. Boughzou, T. Donzel, J. Bermudez, E. Pedroza, A. Sangouard
France Télévisions
France 2
Dimanche 2 juin, le Mexique élira sa prochaine présidente de la République. Deux candidates sont en tête dans les sondages. Les Mexicains sont également appelés à élire leurs députés et leur maire à l’issue d’une campagne marquée par une violence inédite. Au moins 34 candidats ont été assassinés en neuf mois.

Au Mexique, la date de l’élection présidentielle, qui se tient dimanche 2 juin, approche. Les Mexicains éliront leur prochaine présidente de la République : deux candidates sont en tête des sondages. Mais la course à l’élection également marquée par des scrutins locaux, est semée d’embûches et dangereuse. 34 candidats ont été assassinés. A Coyuca de Benitez, au Mexique, c’est le dernier jour de campagne. Mercredi 29 mai, un candidat s’apprête à monter sur l’estrade lorsqu’un homme surgit derrière lui et l’abat froidement d’une série de tirs dans la tête. L’arme du crime a été retrouvée sur les lieux à côté du corps du défunt. Le tueur a été neutralisé par la sécurité. 

"J’étais paniquée"

Au cours des derniers mois, des dizaines de candidats aux élections locales ou nationales ont tout aussi été éliminés par les cartels de la drogue. Cette campagne est d’ores et déjà considérée comme la plus violence de l’histoire du Mexique. Dans un quartier de Mexico, Alessandra Rojo de la Vega, candidate à la mairie, est désormais  placée sous escorte policière. Il y  a une semaine, elle a échappé à une tentative d’assassinat. "J’étais paniquée, horrifiée, je me suis dit qu’il allait m’achever, qu’il me voulait morte", raconte-t-elle.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.