Cet article date de plus de neuf ans.

Mali : l'Onu vote l'envoi de casques bleus à partir de juillet

Le Conseil de sécurité des Nations Unies a adopté ce jeudi une résolution prévoyant la création d'une force de maintien de la paix au Mali. A partir du 1er juillet, plus de 12.000 militaires du monde entier viendront assurer la stabilisation de la situation dans le nord du Mali. La France restera en partie implantée au Mali, en cas d'éventuelle guérilla des islamistes.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (Maxppp)

La "Minusma",
Mission intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali. Voilà le nom
de la nouvelle force de maintien de la paix, dont l'intervention au Mali a été
adoptée ce jeudi par les pays membres du Conseil de sécurité des Nations Unies.
Le début de la mission de cette force est fixé au 1er juillet, "pour
une période initiale de 12 mois
".**

La Minusma comprendra au
maximum 11.200 soldats et 1.440 policiers. Elle est appelée à prendre la place
de la Misma, la force panafricaine actuellement sur le terrain. Toutefois, elle
n'interviendra que si les conditions de sécurité sont jugées suffisantes. Le
Conseil de sécurité dispose de 60 jours pour se prononcer sur la sécurité du
territoire malien.

Un millier de soldats
français

Toutefois, les casques
bleus de la Minusma ne seront pas au Mali pour lutter contre le terrorisme ;
leur mission consiste à protéger les civils et le patrimoine culturel. "En
cas de danger grave et imminent
", ce sont donc les forces françaises
qui interviendront en soutien. Bien que le contingent français au Mali soit
appelé à être réduit (il compte 3.850 soldats aujourd'hui), un millier d'hommes
devraient rester engagés sur le sol malien d'ici la fin de l'année 2013.

L'Onu entend aussi nommer
un représentant spécial pour diriger la Minusma au Mali, et aider les autorités
à instaurer "un dialogue politique national" et organiser des élections
libres. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.