Les Etats-Unis se disent inquiets suite à la publication du rapport de l'Agence internationale de l'énergie atomique

"Nous ne pouvons pas expliquer pourquoi ils refusent de venir à la table des négociations et de s'engager de façon constructive à répondre aux questions qui ont été soulevées", a dit le porte-parole du département d'Etat P.J. Crowley jeudi.L'AIEA a exprimé ses inquiétudes, elle aussi, sur les activités nucléaires de l'Iran.

Mahmoud Ahmadinejad, président iranien.
Mahmoud Ahmadinejad, président iranien.

"Nous ne pouvons pas expliquer pourquoi ils refusent de venir à la table des négociations et de s'engager de façon constructive à répondre aux questions qui ont été soulevées", a dit le porte-parole du département d'Etat P.J. Crowley jeudi.

L'AIEA a exprimé ses inquiétudes, elle aussi, sur les activités nucléaires de l'Iran.

Le rapport a confirmé que Téhéran a bien commencé à enrichir son uranium à un niveau élevé, soit 19,8% dans son usine de Natanz entre le 9 et le 11 février. Jusqu'ici Téhéran n'avait enrichi son uranium qu'à 3,5%, niveau suffisant pour servir de combustible à une centrale nucléaire.

P.J Crowley a souligné qu'il s'agissait du premier rapport depuis la révélation de la construction du site d'enrichissement de Qom. La révélation le 25 septembre dernier de la construction de cette centrale avait suscité l'inquiétude et les critiques de certaines capitales occidentales.

"Il n'y a pas d'explication pour cette usine qui soit cohérente avec le besoin d'un programme nucléaire civil", a insisté jeudi le porte-parole Crowley.