Cet article date de plus de dix ans.

Les autorités françaises ont condamné lundi "avec la plus grande fermeté" l'attaque meurtrière de Kaboul

L'attentat contre le ministère afghan de la Défense, qui a fait deux morts et sept blessés, a été revendiqué par les talibans qui ont affirmé avoir voulu viser Gérard Longuet .Mais pour le ministère français de la Défense, "aucun élément" ne permet de dire que l'attaque visait le ministre de la Défense.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Après l'attentat contre le ministère de la Défense à Kaboul le 18 avril 2011 (AFP - Massoud HOSSAINI)

L'attentat contre le ministère afghan de la Défense, qui a fait deux morts et sept blessés, a été revendiqué par les talibans qui ont affirmé avoir voulu viser Gérard Longuet .

Mais pour le ministère français de la Défense, "aucun élément" ne permet de dire que l'attaque visait le ministre de la Défense.

Gérard Longuet se trouvait lors de l'attaque sur la base de Bagram, "à environ 45 minutes" de Kaboul en hélicoptère, a précisé lundi le ministère de la Défense à Paris.

"Par cette attaque, les terroristes montrent une nouvelle fois leur mépris pour la vie humaine et pour l'effort entrepris en vue de la stabilisation durable de l'Afghanistan", a ajouté pour sa part le porte-parole du Quai d'Orsay, Bernard Valero.

"La raison derrière cette attaque est l'invasion de l'Afghanistan par l'armée française", a déclaré un porte-parole des talibans, assurant que la cible était Gérard Longuet. L'attaque n'est pas liée à la récente interdiction du port du voile intégral pour les femmes dans l'Hexagone, a-t-il ajouté.

Gérard Longuet est arrivé dimanche matin à Kaboul pour une visite auprès des troupes françaises en Afghanistan, la première depuis sa prise de fonction à la Défense. Le ministre est accompagné du chef d'état-major des armées françaises, l'amiral Edouard Guillaud. Son programme précis n'a pas été communiqué pour des raisons de sécurité.

Lundi après-midi, Gérard Longuet a assuré le président afghan Hamid Karzaï de la "coopération (de la France) en vue de l'aboutissement du processus de transition et du développement du processus de paix", selon un communiqué officiel afghan. Le ministre de la Défense devait également rencontré le ministre afghan des Affaires étrangères, Zalmai Rassoul, et son homologue, le général Abdul Rahim Wardak.

Deux soldats afghans ont été tués et sept blessés dans cette attaque qui a coûté la vie à l'un des assaillants. Ce dernier, qui portait l'uniforme de l'armée afghane, a été abattu, selon le ministère afghan de la Défense. Le général Abdul Rahim Wardak est indemne, a affirmé une source sécuritaire occidentale. Le ministère est situé en face du palais présidentiel.

Par ailleurs, six policiers ont été tués lundi par l'explosion d'une mine artisanale, l'arme de prédilection des talibans, dans le centre de l'Afghanistan, a indiqué la police.

Samedi, un kamikaze vêtu d'un uniforme de l'armée afghane avait réussi à entrer dans la base militaire de Gamberi, dans l'est du pays, tuant cinq soldats de l'OTAN et quatre soldats afghans. La veille, un autre kamikaze, toujours habillé en soldat, avait tué le chef de la police provinciale à Kandahar à l'intérieur de son QG.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.