Cet article date de plus de dix ans.

Le prince Sultan ben Abdoulaziz al Saoud, héritier du trône d'Arabie saoudite, est mort samedi.

Héritier du trône depuis 2005, il était également ministre de la Défense du royaume wahhabite depuis 1962 et a présidé à la modernisation des forces armées du pays. Ses obsèques auront lieu mardi à Ryad.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Le prince Sultan ben Abdoulaziz al Saoud (HASSAN AMMAR / AFP)

Héritier du trône depuis 2005, il était également ministre de la Défense du royaume wahhabite depuis 1962 et a présidé à la modernisation des forces armées du pays. Ses obsèques auront lieu mardi à Ryad.

Le prince Sultan, dont on pense qu'il était âgé de 86 ans, se trouvait depuis le mois de juin aux Etats-Unis pour suivre un traitement médical. Un câble diplomatique américain datant de 2009, publié par le site WikiLeaks, le décrivait comme dans l'incapacité d'assumer ses fonctions.

Le roi Abdallah, qui est âgé de 87 ou 88 ans, souffre également de problèmes de santé. Il a été à nouveau opéré du dos lundi après deux précédentes interventions fin 2010 aux Etats-Unis. Le prince Nayef, actuel ministre de l'Intérieur et nommé en 2009 au poste de second vice-Premier ministre, devrait selon toutes vraisemblances devenir le nouveau prince héritier du trône.

Septuagénaire, il a la réputation d'être plus conservateur que le roi et feu le prince héritier. Ces dernières années, il a régulièrement géré les affaires courantes lors des absences médicales de ses deux frères aînés. Contrairement aux monarchies européennes, les règles de succession au trône des Saoud ne prévoient pas une transmission au fils aîné, mais passent de frère en frère parmi les enfants du roi Ibn Saoud, mort en 1953.

Le Conseil d'allégeance va se réunir. Cet organe, où sont représentées les 34 branches de la famille régnante, a été créé en 2006, peu après l'accession au trône d'Abdallah pour désigner ou approuver le choix du prince héritier. Il ne s'est encore jamais réuni. "La succession sera ordonnée", avance Asaad al Chamlan, qui enseigne la science politique à Ryad. "Le point de départ, ce sera l'avis rendu par le Conseil d'allégeance. Le plus probable, semble-t-il, c'est que Nayef soit choisi. Si tel est le cas, je n'anticipe pas beaucoup de changements immédiats."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.