Cet article date de plus d'onze ans.

Le président afghan a annoncé samedi la mise en place d'un conseil de paix en vue de discussions avec les talibans

Cette initiative, l'une des plus importantes d'Hamid Karzaï, avait été approuvé en juin lors d'une "jirga pour la paix" à Kaboul.Le conseil, qui doit représenter l'ensemble de la société afghane, vise à ouvrir un dialogue avec les talibans qui mènent une insurrection meurtrière depuis le renversement de leur régime il y a 9 ans.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Le président afghan Hamid Karzaï, lors d'une conférence de presse à Kaboul, le 2 septembre 2010. (AFP - Shah Marai)

Cette initiative, l'une des plus importantes d'Hamid Karzaï, avait été approuvé en juin lors d'une "jirga pour la paix" à Kaboul.

Le conseil, qui doit représenter l'ensemble de la société afghane, vise à ouvrir un dialogue avec les talibans qui mènent une insurrection meurtrière depuis le renversement de leur régime il y a 9 ans.

Des responsables se sont réunis samedi à la présidence afghane afin de déterminer la liste des participants, qui inclurait "des chefs du Jihad, des personnes d'influence et des femmes", selon un communiqué de la présidence. Le nom des protagonistes devrait être annoncé la semaine prochaine, au début des vacances de l'Aïd qui marquent la fin du jeûne du Ramadan, précise encore le texte.

L'annonce de M. Karzaï était attendue depuis plusieurs jours, après sa rencontre avec d'anciens chefs des moudjahidines, Burhanuddin Rabbani et Abdul Rasul Sayyaf. Son porte-parole Simak Herawi avait indiqué mardi dernier qu'elle réunirait "quelques (anciens) membres des talibans et du Hezb-e-Islami", en faisant allusion à un groupe d'insurgés dirigés par l'ancien Premier ministre et chef des moudjahidines Gulbuddin Hekmatyar. "Ce conseil sera... certainement efficace dans la diminution du niveau de violence en Afghanistan", avait indiqué M. Herawi.

Les talibans ont à de multiples reprises rejeté les propositions de dialogue, qualifiant Karzaï de marionnette des Etats-Unis et ne se déclarant prêts à négocier la paix qu'une fois que les troupes étrangères auront quitté le pays.

Cette annonce survient alors que l'insurrection s'est intensifiée et que le bilan des militaires étrangers tués a atteint 485 depuis le début de l'année, soit presque autant que pendant toute l'année 2009.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.