Cet article date de plus de six ans.

Le pape aux musulmans et juifs : "Travaillons ensemble pour la paix"

Le pape achève à Jérusalem son pèlerinage en Israël et dans les territoires palestiniens. Fidèle à son intention de renforcer le dialogue inter-religieux, il a exhorté musulmans, chrétiens et juifs à "travailler ensemble pour la paix", ce lundi matin, sur l’Esplanade des mosquées de Jérusalem.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
 (© Maxppp - Le pape François et le président israélien Shimon Peres, ici durant une cérémonie de bienvenue à l’aéroport d’Israël, doivent se rencontrer ce lundi.)

Il multiplie les gestes forts en faveur du dialogue inter-religieux. Le pape François s’est recueilli ce lundi matin devant le Mur des Lamentations dans la vieille ville de Jérusalem. Après quelques minutes de silence, seul, la main posée sur le Mur, il a glissé une enveloppe blanche dans les interstices des pierres du lieu le plus saint du judaïsme. Il y était écrit un court message, le Notre-Père en espagnol.

Il a ensuite pris dans ses bras le rabbin Abraham Skorka et le professeur musulman Omar Abboud, tous deux de proches amis argentins qui l'accompagnent durant son voyage en Terre Sainte. Une image forte de trois hommes, représentant trois religions monothéistes, s’embrassant fraternellement.

Encore une halte surprise

Le pape argentin était juste avant sur l’esplanade des mosquées, lieu saint pour l'Islam. Il y a exhorté musulmans, chrétiens et juifs à "travailler ensemble pour la justice et la paix " et à apprendre à "comprendre la douleur de l'autre ". Devant le grand mufti de Jérusalem, il a rappelé que les trois religions monothéistes se réclamaient du même patriarche Abraham.

Pour ce troisième et dernier jour de pèlerinage au Proche-Orient, avant de s’envoler ce soir pour Rome, le pape poursuit sa visite au pas de charge. Après son passage au Mont Herzl, il a en plus fait une étape surprise au mémorial des victimes israéliennes d'attentats à Jérusalem. Moins d'une heure plus tard, il est arrivé au mémorial de Yad Vashem, érigé en souvenir de l'exterminatuon de six millions de juifs dans les camps nazis. "Dans une longue méditation sur l'homme, devant les dirigeants israéliens, il a dénoncé "la tragédie incommensurable" de la Shoah et "l'abîme" qu'elle a représentée pour l'humanité.

Rencontre avec les dirigeants israéliens

Le souverain pontife doit également célébrer une messe dans la salle du Cénacle ce lundi. Selon la tradition chrétienne, c'est ici que se serait déroulée la Cène, dernier repas de Jésus avec ses apôtres. Cette étape soulève déjà des tensions : l’édifice se situe juste au-dessus d'un site que certains juifs désignent comme le tombeau du roi David. La police y a d’ailleurs arrêté 26 manifestants dimanche. Ils soupçonnent les autorités israéliennes de vouloir céder le Cénacle au Vatican.

Autre temps fort de la journée : sa rencontre avec le président israélien Shimon Peres et le Premier ministre Benjamin Netanyahu cet après-midi. Dimanche, au risque de froisser les dirigeants israéliens, il avait fait une halte surprise devant le mur de séparation dressé par Israël entre Bethléem et Jérusalem, où il a prié en silence sous les yeux d'un enfant tenant un drapeau palestinien. 

 

 

 

 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.