Le désarroi et les doutes des familles des victimes du MH370

Après la découverte de débris d'avion pouvant appartenir au vol MH370, les familles des victimes en France et en Chine demandent que l'enquête avance. Elles constatent impuissantes, les différences de déclarations entre Kuala Lumpur et Paris.

(Une représentante de la Malaysia Airlines face aux victimes du vol MH370 © Maxppp)

Les familles des victimes chinoises expriment de "sérieux doutes sur les certitudes de Kuala Lumpur". Ce jeudi matin, une dizaine des proches des passagers chinois se sont rassemblés devant le siège de la Malaysie Airlines à Pékin pour demander des informations et plus de transparence. Depuis la fermeture de la cellule de crise en avril dernier, les familles des passagers chinois ont très peu d’informations.

La preuve, si mercredi certains ont reçu un texto mercredi pour les informer hier la plupart ont appris la nouvelle dans la presse. Les proches sont aussi furieux de voir que Paris et la Malaisie n’ont pas accordé leur violons. La Malaisie parle de certitudes alors que procureur adjoint de Paris parle lui de très fortes présomptions. Il ont le sentiment que la Malaisie ne respecte pas la parole des experts car elle veut refermer au plus vite le dossier.

Steve Wang, qui a perdu sa mêre dans l'avion est consterné :"J’ai l’impression que le gouvernement malaisien veut en finir avec cette affaire, nous donner des compensations et clore le dossier. Pourtant, même si le débris appartient au MH370, ce n’est que le début de l’affaire. Il y a tellement de choses à définir. Qu’est-ce qui s’est passé à bord de l’avion ? Qui sont les responsables, et qui sera puni ?".

 

En Chine, les familles des victimes sont choquées par les différences d'interprétation. Reportage de Delphine sureau
--'--
--'--

"Trouver un débris au bout de 16 mois c’est totalement louche"

En France, Ghyslain Wattrelos qui a perdu sa femme et ses deux enfants dans le vol MH 370 : "C’est d’abord une douleur énorme qui nous est tombé dessus, parce que maintenant on a une preuve de crash, dont un deuil qui va commencer, qui n’a pas pu commencer jusque là".

Ghyslain Wattrelos interrogé à la mi-journée sur France Info, expriment aussi ses doutes et interrogations sur l’enquête : "Trouver un débris au bout de 16 mois c’est totalement louche, moi ça me rend furieux, ça veut dire que depuis le début on ne cherche pas au bon endroit. "Comme je n’ai aucune confiance ni dans la justice malaisienne, je suis ravi que ce soit un juge français qui s’en occupe."  

Ghyslain Wattrelos qui a perdu sa femme et des deux enfants dans le vol MH370 interrogé par Lucie Barbarin
--'--
--'--

 

► A LIRE AUSSI Le débris retrouvé à la Réunion appartiendrait bien au MH370