Cet article date de plus de dix ans.

Le CNT a décidé de retirer les cadavres de Mouammar Kadhafi et de son fils, qui étaient exposés depuis 4 jours.

Des milliers de Libyens ont défilé de vant la dépouille mortelle de l'ex-dirigeant libyen, pour s'assurer de la mort de l'homme qui a gouverné d'une main de fer leur pays pendant 42 ans. Les avis divergent sur le sort à réserver à son cadavre.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
File d'attente devant la chambre froide où étaient exposés les cadavres de Mouammar Kadhafi et de son fils. (PHILIPPE DESMAZES / AFP)

Des milliers de Libyens ont défilé de vant la dépouille mortelle de l'ex-dirigeant libyen, pour s'assurer de la mort de l'homme qui a gouverné d'une main de fer leur pays pendant 42 ans. Les avis divergent sur le sort à réserver à son cadavre.

Son corps gisait, enveloppé dans une couverture, sur un matelas maculé de sang dans un entrepôt frigorifique de Misrata. A ses côtés reposaient Mouatassim et l'ancien chef des services de renseignement libyens. Compte tenu des allées et venues incessantes, la réfrigération n'était plus suffisante pour empêcher un début de décomposition des corps.

Très peu de Libyens s'émeuvent du fait que le guide et son fils ne soient toujours pas inhumés quatre jours après leur décès, comme le veut le rite musulman qui prescrit un enterrement le jour même de la mort, de préférence avant le coucher du soleil. "S'il avait été un homme bon, nous l'aurions porté en terre. Mais Kadhafi a choisi lui-même sa destinée", explique Salem Chaka, qui s'est rendu lundi devant les corps.

Pas d'unanimité sur le sort à réserver au cadavre de Kadhafi

L'unanimité est loin de prévaloir au sein du Conseil national de transition quant au sort qui sera réservé à la dépouille du guide. Les chefs du CNT veulent qu'il soit inhumé dans un lieu tenu secret pour éviter que la sépulture ne devienne un lieu de pélerinage pour ses partisans. La tribu des Kadhafi, à Syrte et dans sa région, a demandé que le corps lui soit remis pour l'enterrer dans sa ville natale. Dans son testament, Mouammar Kadhafi avait demandé à reposer à Syrte.

Le président du CNT, Moustapha Abdeljalil, a annoncé de son côté que l'instance avait mis en place un comité chargé de décider du sort à réserver au corps du guide dans le respect des recommandations des autorités religieuses du pays. D'après l'agence de presse officielle égyptienne Mena, le Bureau libyen des "fatwas" (décrets religieux), avait déclaré que Mouammar Kadhafi n'était pas un musulman parce qu'il avait violé les préceptes de Mahomet et ne devrait donc pas avoir droit à des obsèques selon le rite islamique.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.