Cet article date de plus de dix ans.

La Turquie a commencé à fournir une aide aux Syriens qui fuient la répression et sont massés à la frontière, côté syrien

C'est la première fois que les autorités turques mènent une opération d'aide à travers la frontière, après avoir accueilli au fil des semaines en territoire turc 10.000 réfugiés syriens, qui ont fui la répression dans leur pays.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
De nouveaux réfugiés syriens arrivant le samedi 18 juin au camp turc de Bounuyogun, sous protection du Croissant-rouge (AFP - Mustafa OZER)

C'est la première fois que les autorités turques mènent une opération d'aide à travers la frontière, après avoir accueilli au fil des semaines en territoire turc 10.000 réfugiés syriens, qui ont fui la répression dans leur pays.

"La distribution d'aide humanitaire a commencé pour répondre aux besoins alimentaires urgents des citoyens syriens qui attendent côté syrien de la frontière", a annoncé dimanche l'agence gouvernementale chargée des situations d'urgence dans un communiqué diffusé sur son site internet.

Des milliers de Syriens sont massés à la frontière, hésitant à passer en territoire turc. Leurs conditions de vie sont difficiles et ils sont pour la plupart installés dans des abris sommaires faits de branchages et de bâches en plastique.

L'agence gouvernementale a précisé que le nombre exact des réfugiés syriens en Turquie était dimanche de 10.553, après l'arrivée de 585 personnes et le retour volontaire vers la Syrie de 146 autres.

Ces réfugiés ou déplacés viennent pour la plupart de Jisr al-Choughour ou des villages proches, où les forces de sécurité syriennes ont mené des opérations meurtrières de ratissage, selon des témoins et des associations de défense des droits de l'Homme.

Le Premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan, a fait savoir que son pays ne fermerait pas ses portes aux réfugiés syriens.

La violence continue
De son côté, l'armée syrienne appuyée par des chars a pris le contrôle samedi du village de Bdama, tout proche de la frontière turque, étendant ses opérations de ratissage dans le gouvernorat d'Idleb (nord-ouest), selon un militant des droits de l'Homme. Des dizaines de personnes y ont été arrêtées et des maisons ont été incendiées.

Bdama est l'un des centres nerveux par lequel des vivres et autres produits parviennent aux milliers de Syriens qui ont fui les violences mais ont trouvé refuge pour l'heure dans des champs du côté syrien de la frontière et non pas en territoire turc.

Le village est situé à quelques kilomètres au nord de la ville de Jisr al-Choughour meurtrie par la répression et désertée par ses habitants qui ont pris la fuite en Turquie après l'intervention de l'armée dans leur localité la semaine dernière.

Devant l'avancée des troupes, les Syriens continuent de fuir vers la frontière turque, racontant leur terreur face aux "exactions" des soldats.

A lire aussi:
>>

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.