Cet article date de plus de dix ans.

La Ligue arabe lâche Bachar al-Assad et soutient l’opposition syrienne

Le régime de Bachar al-Assad semble de plus en plus esseulé sur la scène internationale. La Ligue arabe a décidé de soutenir politiquement et matériellement l’opposition. Par ailleurs, elle demande l’intervention d’une force conjointe ONU-Arabes pour mettre fin aux violences syriennes. Une initiative soutenue par l'Union européenne.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Franceinfo (Franceinfo)

Réunis hier au Caire, les membres de la Ligue arabe ont
décidé "d’ouvrir des canaux de communication avec l’opposition syrienne
et lui fournir toutes les formes de soutien politique et matériel". Un appui
explicite accompagné d’un lâchage du président syrien Bachar al-Assad puisque
dans le même temps, la Ligue met fin à la mission de ses observateurs en Syrie
et appelle ses membres à rompre leurs relations avec le pays. 

Face au pilonnage continu de la ville de Homs – capitale de
la révolution - par les forces du régime ; face à l’urgence humanitaire, les
pays de la Ligue arabe ont également décidé de demander au Conseil de sécurité
de l’ONU la formation d’une force conjointe ONU-Arabes. 

Initiative soutenu par l'Union européenne mais qui a peu de chance d’aboutir. La
Chine et la Russie, membres du Conseil de sécurité et disposant d’un droit de
veto, semblent déjà prendre leurs distances.

Ce qui a plus de chances de réussir, en revanche, c’est cette nouvelle
tentative qu’Arabes et Occidentaux doivent lancer cette semaine. A savoir faire
condamner Damas par l’Assemblée générale de l’ONU, un organe consultatif où le
veto n’existe pas. Une condamnation qui serait toutefois toute symbolique. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.