Cet article date de plus de six ans.

La BCE refuse un allègement de la dette grecque

Au lendemain de la victoire aux législatives d'Alexis Tsipras, leader du parti anti-austérité Syriza, Benoît Coeuré, un membre du directoire de la BCE, estime impossible un allègement de la dette grecque.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Benoît Coeuré appartient au directoire de la BCE © MAXPPP)

 "Il n'appartient pas à la BCE de décider si la Grèce a besoin d'un allègement de la dette. Mais il est absolument clair que nous ne pouvons pas être d'accord avec l'allègement d'une dette qui comprend des obligations grecques détenues par la BCE" assure Benoît Coeuré, dans un entretien publié par le journal allemand Handelsblatt lundi. Il assure que cette impossibilité tient à des raisons légales. Si les Grecs ont massivement voté ce dimanche pour le parti de gauche radicale Syriza, c'est avec l'espoir de "laisser derrière eux" la politique d'austérité dictée au pays par la Banque centrale européenne, l'Union européenne et le Fonds monétaire international.  Une politique imposée en échange de 240 milliards d'euros de prêts pour sauver le pays de la faillite. 

La BCE détient actuellement 42% de la dette grecque soit 27,2 milliards d'euros.  Deux de ces obligations arrivent àéchéance le 20 juillet, pour 3,5 milliards d'euros. Et deux autres en août, pour 3,2 milliards d'euros. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.