Cet article date de plus de six ans.

L'humanitaire française enlevée en Centrafrique est libre

Le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius a annoncé sur Twitter la libération de l'humanitaire française Claudia Priest, enlevée lundi à Bangui en compagnie d'un prêtre centrafricain.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Claudia Priest, enlevée lundi à Bangui et libérée ce vendredi © Maxppp)

C'est par deux tweets sur son compte que le ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius, a annoncé la libération de Claudia Priest, une humanitaire française enlevée en Centrafrique.

Exprimant ensuite sa joie après cet "heureux dénouement ", le ministre en dit un peu plus sur l'identité de ceux qui ont aidé à négocier cette libération.

 

Claudia Priest avait été enlevée avec un prêtre centrafricain, le frère Gustave. Elle était retenue depuis lundi par des miliciens anti-balakas. Elle circulait à Bangui à bord d'un véhicule 4x4 siglé CODIS, le nom de son association humanitaire lorsque la voiture a été braquée. Les deux otages ont ensuite été emmenés dans le quartier de Boyrabe, fief dans anti-balaka. 

Dès ce vendredi à la mi-journée, des nouvelles rassurantes ont commencé à circuler, révélant que Claudia Priest était en bonne santé, malgré des conditions de détention difficiles, spatiates. Mais un diplomate avait assuré à France Info que les otages n'étaient pas maltraités.

Aucune information sur les conditions de leur libération et d'éventuelles contreparties n'a circulé.

 

Réaction à la libération de Claudia Priest : "Mon sentiment, c’est une grande joie" (Pierre-Yves Laborieux, médecin et membre de l’ONG Imohoro)
écouter
 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.