L'annonce de la prochaine construction de 10 nouvelles usines d'enrichissement d'uranium n'est "pas du bluff"

C'est en tout cas se qu'affirme le président iranien Mahmoud Ahmadinejad ce mardi dans une interview télévisée."Il n'y a pas de place pour le bluff dans ce domaine. Nous ferons ce que nous avons dit".

Le président iranien, Mahmoud Ahmadinejad le 1er décembre 2009
Le président iranien, Mahmoud Ahmadinejad le 1er décembre 2009 (AFP)

C'est en tout cas se qu'affirme le président iranien Mahmoud Ahmadinejad ce mardi dans une interview télévisée.

"Il n'y a pas de place pour le bluff dans ce domaine. Nous ferons ce que nous avons dit".

Le président iranien avait annoncé dimanche que son pays allait construire dix nouvelles usines d'enrichissement d'uranium et produire de l'uranium enrichi à 20% pour son réacteur de recherche médicale de Téhéran, en réponse à une résolution de l'AIEA condamnant l'Iran pour sa politique nucléaire.

Cette résolution de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) demandait à l'Iran de fermer son deuxième site d'enrichissement d'uranium iranien à Fordo, à une centaine de kilomètres de Téhéran, dont l'existence révélée en septembre est en grande partie à l'origine de la crise actuelle entre Téhéran et la communauté internationale.

La résolution de l'AIEA a fait suite au rejet par l'Iran d'une offre visant à échanger son uranium faiblement enrichi (3,5%) contre du combustible nucléaire (uranium enrichi à 20%) pour son réacteur de Téhéran.

Obama

"Nous attendions qu'il apporte des changements, mais nous sommes préoccupés par le fait qu'il n'y parvient pas", a déclaré la président iranien. "Il a notamment beaucoup parlé de l'Iran, et nous avons toujours favorablement accueilli ses initiatives, et nous lui avons envoyé des messages. Si des occasions se présentent et s'il est honnête, nous ferons nous aussi un geste", a-t-il ajouté sans donner davantage de précisions. "Mais nous craignons qu'il n'y parvienne pas, et que la même histoire ne se poursuive", a-t-il ajouté.