Japon : Tepco commence à dédommager les familles évacuées

L'indemnité s'élève à un million de yens par foyer, soit 8.300 euros. Maigre consolation, pour ces quelque 48.000 familles évacuées dans un rayon de 20 kilomètres autour de la centrale nucléaire de Fukushima, ou contraintes de se calfeutrer quelques kilomètres plus loin. _ La facture globale en tout cas s'annonce astronomique pour Tepco. Au point que l'Etat japonais promet de l'aider, pour le sauver d'une faillite certaine.

(Radio France © France Info)

Plus de maison ou plus de travail, à cause des mesures de confinement... La vie est devenue impossible à 30 kilomètres autour de la centrale dévastée par le tsunami. Des habitants de la zone interdite, relogés dans des foyers, ont fait la route en autocar pour Tokyo en début de semaine. Objectif : aller déposer une demande d'indemnisation au siège de l'opérateur de la maudite centrale Tepco.

Quelques heures plus tard, le président de Tokyo Electric Power présentait publiquement des "excuses pour la propagation de la radioactivité" et promettaient des compensations financières.

On en connaît donc maintenant le montant. Un million de yens par foyer, 750.000 pour les personnes vivant seules. "Un accompte", précise l'opérateur. Est-ce à dire qu'il s'attend à devoir verser beaucoup plus ? Selon une estimation établie en mars par Bank of America-Merrill Lynch, la facture pour Tepco pourrait s'élever à plus de 130 milliards de dollars. Mais selon le quotidien japonais Yomiuri, sa responsabilité aurait été plafonnée.

Générosité... limitée

Tepco cherche à limiter la facture à tout prix. S'il fait mine aujourd'hui de lâcher quelque yens aux voisins de la centrale, il refuse toujours d'indemniser les cultivateurs et pêcheurs du nord-est qui ne peuvent plus vendre leurs produits, suspectés d'être contaminés.

L'opérateur en tout cas sortira indemne de cette crise majeure. Il est question de nationaliser le groupe ou de le démanteler. Néanmoins, son action qui avait perdu les trois quarts de sa valeur depuis le début de l'accident, a rebondi cette semaine à la Bourse de Tokyo.

Cécile Quéguiner, avec agences