Cet article date de plus de six ans.

FukuChinon : manifestation anti-nucléaire en Indre-et-Loire

Les militants anti-nucléaire de Touraine organisent un rasemblement ce samedi pour demander l'arrêt des réacteurs de la centrale nucléaire de Chinon. Ils veulent tirer des leçons de la catastrophe de Fukushima.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (FRANCK FOUQUET Maxppp)

Derrière le jeu de mots "FukuChinon" se cache une référence évidente à la catastrophe de Fukushima et à la centrale nucléaire de Chinon, dans l'Indre-et-Loire. Le groupe local du réseau "Sortir du nucléaire" organise ce samedi une manifestation au nom original pour exiger l'arrêt des réacteurs.

Mise en service en 1964, la centrale de Chinon est l'une des plus anciennes centrales nucléaires de France. "Sur les sept réacteurs que comporte la centrale, quatre sont parmi les plus vieux de France " souligne Philippe Gardelle, l'un des organisateurs du rassemblement.

Des craintes d'intrusion sur le site

Les militants écologistes monteront un village temporaire dans la matinée, avant de marcher sur les quais de Chinon, et pas dans la ville, pour faire entendre leurs revendications : "pour une Loire sans nucléaire, pour l'arrêt des réacteurs, et oui aux alternatives ".

Si les organisateurs parlent d'un peu moins d'un millier de personnes, la préfecture mise sur une mobilisation de 2.000 à 3.000 militants et semble craindre les débordements. Marc Erens, membre de Sortir du nucléaire d'Indre-et-Loire, regrette que la préfecture ait interdit au cortège d'entrer dans Chinon.

Le directeur de la centrale, Régis Clément, a annoncé que la sécurité avait été renforcée pour l'événement. "Nous avons les moyens de nous prémunir en cas d'intrusion, a-t-il confié à La Nouvelle République.C'est une éventualité à laquelle nous nous préparons. "

Le 18 mars dernier, des militants de Greenpeace avaient réussi à s'introduire dans la centrale alsacienne de Fessenheim.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.