Cet article date de plus de deux ans.

Assassinat de Shinzo Abe : pourquoi l'enquête s'oriente vers une vengeance contre la secte Moon

Selon la police, les motivations de l’assassin présumé, vendredi 8 juillet, sont liées à des raisons personnelles. Pensant que l'ex-Premier ministre Shinzo Abe avait un lien avec la secte Moon, Il voulait se venger de cette organisation a qui il reproche d'avoir mis sa mère en grande difficulté financière. 

Article rédigé par franceinfo - Karyn Nishimura
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
Des Japonais se recueillants devant un autel funéraire dédié à l'ancien Premier ministre Shinzo Abe, à Tokyo (Japon), lundi 11 juillet.  (NANAKO SUDO / YOMIURI)

Alors que les proches de l'ancien Premier ministre japonais ont participé lundi 11 juillet à une veillée funéraires à Tokyo, et à la veille de ses obsèques, le profil et les motivations du suspect se précisent. Trois jours après l'assassinat de l'ancien Premier ministre japonnais Shinzo Abe, des éléments nouveaux apparaissent sur le tueur présumé. Selon la police, il a assuré que ses motivations n’étaient pas politiques mais liées à des raisons personnelles. 

Tetsuya Yamagami, 41 ans, "en voulait à une certaine organisation" et avait décidé de tuer Shinzo Abe, vendredi 8 juillet. Il pensait que l'ancien Premier ministre était membre de la secte Moon, et en voulait à celle-ci parce qu'elle aurait obtenu des dons importants de sa mère, mettant leur propre famille en grande difficulté financière.

La secte Moon au centre de l'enquête

La mère de l'homme accusé d'avoir assassiné Shinzo Abe est membre de la "Fédération des familles pour la paix mondiale et l’unification", autrefois appelée Eglise de l’Unification, a confirmé lundi 11 juillet cette organisation également connue sous le nom de secte Moon. Selon son président, Tomihiro Tanaka, la mère du suspect aurait rejoint ce culte en 1998. L'organisation a appris qu'elle s'était retrouvée en grande difficulté financière vers 2002, a affirmé Tomihiro Tanaka lors d'une conférence de presse.

"Shinzo Abe n'a jamais été membre de notre organisation religieuse, pas plus qu'il n'en a été conseiller",

Un responsable de la secte Moon

franceinfo

Sur internet circulent divers documents montrant que Shinzo Abe a soutenu les actions d’une autre organisation, proche de la secte Moon. Mais il n’y a aucun lien direct assure un responsable de la structure religieuse. "L'ancien Premier ministre Abe a adressé un message pour un autre organisme qui est la Fédération pour la paix universelle", assure ce responsable de la secte Moon. Même si les dirigeants de la secte réfutent les liens avec Abe, il est largement connu au Japon que des relations existent, souvent anciennes, entre les sectes, leurs fondateurs et les milieux politiques.

Une possible confusion de noms

Tetsuya Yamagami, l'assassin présumé de l'ancien Premier ministre, voulait donc se venger de l'Église de l'Unification alors que Shinzo Abe avait adressé un message à la Fédération pour la paix universelle. "Je pense que le suspect n'a pas fait la différence entre les deux organisations, les a vues comme un même bloc, car elles ont les mêmes fondateurs", fait savoir l'un des responsables de la secte Moon. Ce responsable a par ailleurs souligné que son organisation était horrifiée par l'assassinat de l'ancien Premier ministre nippon. Dans un communiqué publié samedi, l'Église de l'Unification a exprimé son "choc et son chagrin" face à la mort de Shinzo Abe, le décrivant comme un "homme d'État japonais mondialement respecté et actif dans la construction de la paix en Asie."

L'Église de l'Unification a été fondée en 1954 en Corée du Sud par Sun Myung Moon (1920-2012). Personnage très controversé devenu milliardaire grâce au vaste empire économique bâti par son Église, Moon assurait avoir eu une vision de Jésus-Christ à l'âge de 15 ans, lui enjoignant de poursuivre sa mission afin que l'humanité parvienne à un stade de pureté "sans péché". L'organisation avait affirmé en 2012 qu'elle comptait trois millions de fidèles dans le monde.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.