VIDEO. Italie : de violents heurts opposent la communauté chinoise à la police

Les travailleurs chinois du textile dénoncent les contrôles répétés des policiers dans leurs manufactures des environs de Florence.

APTN

De violents heurts ont opposé la police italienne et quelque 300 Chinois à Sesto Fiorentino, près de Prato, dans la banlieue de Florence (Italie), mercredi 29 juin. Les affrontements ont été déclenchés par une inspection sanitaire dans une usine de textile chinoise de la ville. Quatre policiers et trois employés ont été blessés.

En une vingtaine d'années, la communauté chinoise de Prato, l'une des plus importantes d'Europe, a pris le contrôle de tous les stades de la production d'habillement, avec des prix ultra-compétitifs et sous l'étiquette "Made in Italy".

Une enquête sur un système de racket 

A la suite de ces heurts, des perquisitions ont été menées vendredi 1er juillet, à Prato, dans le cadre d'une enquête sur un groupe mafieux chinois soupçonné d'être à l'origine d'attaques racistes à l'encontre de Nord-Africains.

Deux personnes ont été arrêtées, selon la police. Elles sont liées à une association culturelle chinoise, "La Citta del Cervo Bianco" ("la ville du cerf blanc"), dont les membres sont soupçonnés de s'en prendre à des entreprises textiles chinoises implantées légalement dans la ville.

Le responsable de cette association est soupçonné d'avoir organisé le racket de Chinois en leur promettant une protection contre d'éventuelles agressions d'immigrés nord-africains. Ce système a conduit à des attaques contre des Maghrébins qui n'avaient aucun lien avec la criminalité.

La police italienne face à la communauté chinoise de Florence, le 30 juin 2016
La police italienne face à la communauté chinoise de Florence, le 30 juin 2016 (MAURIZIO DEGL'INNOCENTI / AP / SIPA)