Trois choses à savoir sur Toto Riina, l'ancien parrain de la mafia sicilienne, mort à 87 ans

Connu pour son extrême violence, Salvatore "Toto" Riina purgeait 26 peines de détention à vie et aurait commandité plus de 150 assassinats, dont ceux des juges Falcone et Borsellino.

Toto Riina après son arrestation, le 15 janvier 1993.
Toto Riina après son arrestation, le 15 janvier 1993. (LEEMAGE / AFP)

Il était surnommé "le fauve". Ou "U Curtu" ("le courtaud"), en raison de sa taille : il mesurait 1,58 m. Salvatore "Toto" Riina, ancien chef suprême de Cosa Nostra, est mort en prison d'un cancer, ont annoncé plusieurs médias italiens, vendredi 17 novembre. Il purgeait 26 peines de détention à vie. Franceinfo détaille trois anecdotes qui ont fait de cet homme l'un des parrains les plus redoutés de l'histoire de la mafia sicilienne.

1Son mot d'ordre était "Soumettez-vous ou mourez"

Le parrain des parrains était connu pour son extrême violence. La sauvagerie dont il faisait preuve lui a d'ailleurs valu son surnom "le fauve". Libération le décrivait comme "sanguinaire et incontrôlable". Son premier meurtre, il le commet en 1949, alors qu'il n'a que 19 ans. Il récidive un an après.

Dans les années 1970, le trafic d'héroïne prend de l'ampleur et la Sicile en devient une plaque tournante. Toto Riina souhaite en prendre le contrôle. Les clans siciliens "assurent leur sécurité en corrompant les fonctionnaires italiens, par les relations plutôt que la violence. Leurs parrains sont médiatisés, connus des services de police", relève 13e Rue. Mais Toto Riina, chef du canton de Corleone, est très discret. Et il décide de changer la donne en faisant régner la terreur. Pour faire plier les autres clans, il lance une guerre sanglante, faisant plusieurs centaines de morts au sein des vieilles "familles" palermitaines. En 1982, il parvient à prendre la tête de la "Coupole", l'organe de direction de Cosa Nostra.

Sa victoire marque le début d'une campagne de violence contre les représentants de l'Etat, fonctionnaires, procureurs, juges. L'Etat italien est alors fragilisé. "Mais aussi les autres familles, puisque les meurtres ont été commis volontairement sur leurs territoires, [elles] donc sont les premières accusées", explique encore 13e Rue. Au total, Toto Riina aurait commandité plus de 150 meurtres.

Reste que les crimes les plus retentissants ordonnés par Toto Riina ont été les attentats à la bombe contre les juges antimafia Giovanni Falcone et Paolo Borsellino, en 1992. Ces magistrats ont payé de leur vie le fait d'avoir traduit en justice plus de 300 membres de la mafia.

2Il a vécu de façon normale en Sicile, sous un faux nom, jusqu'à son arrestation

Toto Riina a été arrêté le 15 janvier 1993. A cette époque, lui et sa famille se déplaçaient d'une ville sicilienne à l'autre, sous un faux nom. Lorsqu'il a été interpellé, ils se trouvaient à Palerme, la plus grande ville de Sicile.

Giuseppe, le fils du parrain, avait 15 ans lorsque son père a été appréhendé. Il décrit une vie plutôt normale. "J’avais un groupe d’amis qui ignoraient notre vrai nom. Je passais beaucoup de temps avec mon frère, Giovanni [qui purge aujourd'hui une peine à perpétuité pour quatre meurtres], sur nos scooters ou au café. J’étais avec lui le jour où un ami a annoncé à tout le monde que Toto Riina avait enfin été arrêté. Il était surexcité par la nouvelle, mais il ne se doutait pas qu’il l’avait apprise à ses fils", a-t-il notamment raconté à L'Obs, en 2016. Voici des images de l'époque tournées par France 2.

3 A son procès, il a nié être en lien avec la mafia

Cosa Nostra ? "Jamais entendu parler", assure Toto Riina le 2 mai 1995, lors de son procès, où il se présente comme un vieil homme analphabète. "Je n'ai jamais fréquenté d'associations criminelles", affirme-t-il, comme le montrent ces images d'archives.

Finalement, en 2009, il a "rompu le silence assurant que la mafia n'était pas à l'origine de la mort du juge Paolo Borsellino, reconnaissant de facto avoir été la tête dirigeante de l'organisation", rappelle France Inter.