Tremblement de terre en Sicile : "L'Etna part pour une évolution importante", selon un vulcanologue

Jacques-Marie Bardintzeff explique mercredi sur franceinfo que les séismes enregistrés à proximité de l'Etna en Sicile sont liés au réveil du volcan.

Les décombres d\'un mur effondré à Zafferana Etnea, en Sicile, le 26 décembre 2018, après qu\'un séisme de magnitude 4,8 a frappé la région du volcan. 
Les décombres d'un mur effondré à Zafferana Etnea, en Sicile, le 26 décembre 2018, après qu'un séisme de magnitude 4,8 a frappé la région du volcan.  (GIOVANNI ISOLINO / AFP)

"C'est parti pour une grosse éruption", a réagi le volcanologue Jacques-Marie Bardintzeff, mercredi 26 décembre sur franceinfo, alors que l'Etna, en Sicile, crache depuis deux jours une épaisse colonne de cendres. "Il y a une montée en puissance, l'Etna part pour une évolution importante", a ajouté le spécialiste des volcans. Ces dernières 24 heures, quelque 750 secousses ont été enregistrées, la plus forte se situant à une magnitude de 4,8 sur l'échelle de Richter.

franceinfo : Ce genre de séisme est-il la suite logique de l'éruption de l'Etna ?

Jacques-Marie Bardintzeff : Effectivement. L'Etna est sur une faille importante. Ces séismes sont liés à ce volcanisme. Ça reste des magnitudes moyennes. Cependant, si ces séismes ne sont pas très profonds, ils peuvent faire des dégâts matériels, parfois des blessés, voire des victimes.

Peut-on s'attendre à de nouveaux séismes, même plus forts ?

On ne peut rien exclure. Il y a une montée en puissance, l'Etna part pour une évolution importante. Donc malheureusement, il y aura d'autres séismes de ce type. On pense qu'il n'y aura pas de séismes extrêmement importants, avec des magnitudes très élevées, mais de nombreux séismes de magnitude entre 4 et 5. Seulement, si leur profondeur est faible, il peut malheureusement y avoir des dégâts.

Le Stromboli voisin a aussi repris de l'activité. Peut-on établir un lien avec l'Etna ?

Non, pas du tout. Ils sont quand même très distincts l'un de l'autre. L'Etna est en Sicile sur une grande faille, le Stromboli est dans ce qu'on appelle l'arc tyrrhénien, dans lequel il y a plusieurs îles comme Salina, Vulcano... Il n'y a donc pas de relation directe. Le Stromboli est souvent en éruption, c'est même le volcan le plus actif d'Europe. C'est une conjonction de deux volcans italiens qui sont très souvent actifs l'un et l'autre, donc ce n'est pas surprenant qu'ils soient parfois actifs en même temps.

Le Stromboli et l'Etna n'ont pas le même profil ?

Le Stromboli est plutôt tranquille. Il est de type "strombolien". Il fait des projections de bombes, de petites pierres poreuses, parfois des coulées de lave. L'Etna, lui, est plus variable. Il est tantôt effusif - il fait des coulées de lave - tantôt explosif, et tantôt mixte. C'est ce qui se passe en ce moment. Il est à la fois explosif avec des cendres et effusif avec des laves. Il est plus complexe. C'est un gros volcan qu'on appelle stratovolcan. Le Stromboli a un système assez simple, il est très visité par les touristes mais il faut s'en méfier quand même.

Cet épisode peut-il durer encore longtemps ?

C'est parti pour une grosse éruption. Une éruption ayant eu lieu entre 1991 et 1993 avait duré plus d'une année, avec des coulées de lave, dans la même région que celle actuellement qui est inhabitée. Il n'y avait donc eu ni victimes, ni dégâts exceptionnels. L'Etna crachait et les Siciliens vivaient avec. Ils le connaissent bien aussi.