Nouvelle arrestation en France d'un ancien membre des Brigades rouges à la demande de l'Italie

Maurizio di Marzio était le seul à avoir échappé à la mise à exécution fin avril des mandats d'arrêt émis par l'Italie contre dix anciens militants d'extrême gauche.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des tracts de propagande rédigés par les Brigades rouges annonçant le meurtre de l'ancien Premier ministre italien Aldo Moro, exposées le 27 mars 2012 à Milan. (GIUSEPPE CACACE / AFP)

Un ancien membre des Brigades rouges, installé en France depuis les années 1990, a été arrêté lundi 19 juillet à la demande des autorités italiennes, a appris France Télévisions auprès du parquet de Paris. Maurizio di Marzio, 61 ans, était le seul à avoir échappé à la mise à exécution fin avril des mandats d'arrêt émis par l'Italie contre dix anciens militants d'extrême gauche. Réclamés par Rome, ils ont été condamnés pour leur implication (que plusieurs contestent) dans des attentats commis dans leur pays durant les années 1970-80, surnommées "les années de plomb".

Maurizio di Marzio, dont la validité du mandat d'arrêt expirait le 10 mai, avait pris la fuite avant le coup de filet, annoncé quelques jours plus tôt dans la presse italienne.  L'ancien brigadiste a été placé lundi en rétention judiciaire et doit être présenté à la cour d'appel de Paris, qui doit décider de son éventuelle détention provisoire ou d'une remise en liberté sous contrôle judiciaire, le temps de la procédure.

La mise à exécution de ces mandats contre ces Italiens ayant refait leur vie en France, depuis parfois plus de trente ans, a constitué un virage historique dans les relations entre les deux pays. Le 28 avril, sept d'entre eux avaient été interpellés à leur domicile et trois autres s'étaient présentés d'eux-mêmes le lendemain à la justice.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Italie

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.