L'Italie veut récompenser ceux qui paient par carte de crédit pour lutter contre la fraude fiscale

C'est une des mesures du futur projet de loi de finance en Italie, pour lutter contre l'évasion fiscale.

Distributeur de billets à Rome, en 2017.
Distributeur de billets à Rome, en 2017. (FILIPPO MONTEFORTE / AFP)

110 milliards d'euros selon le gouvernement, 180 milliards d'euros d'après l'Association des contribuables italiens : c'est ce que coûte chaque année l'évasion fiscale en Italie. Lundi 30 septembre, le gouvernement italien va préparer en Conseil des ministres sa loi de finances et prévoit de rembourser entre 2 et 4% des dépenses effectuées par des moyens de paiement traçables, comme les cartes bancaires.

Daniele, qui vit à Rome, n'utilise pas beaucoup sa carte bancaire parce qu'il est en partie rémunéré en liquide. Pour les petites sommes, il paye donc comptant. Mais s'il peut récupérer jusqu'à 4% de ce qu'il a dépensé, il y réfléchira à deux fois, dit-il. "Si j'ai du liquide et ma carte dans la poche, je vais me dire que, dans ce cas, il vaut peut-être mieux payer en carte. Ce cadeau nous donne vraiment une opportunité et je pense qu'il faut en profiter !"  

En Italie, les paiements par carte représentent moins de 200 milliards d'euros contre plus de 500 milliards d'euros en France. Les habitudes auront bien du mal à changer estiment certains. "Celui qui ne paye pas avec la carte de crédit – pour n'importe quelle raison même avec cette incitation, il ne paiera pas car l'argent liquide n'est pas déclaré, on ne sait même pas d'où il vient !", explique Gianluca.

Une mesure qui va profiter "aux riches"  

Cette mesure va même rater sa cible, estime le président de l'Association des contribuables italiens, Vittorio Carlomagno. "Ces incitations vont profiter aux riches, aux personnes qui payent déjà avec la carte de crédit et qui peuvent dépenser. Celles, en revanche, qui ont peu de revenus ne peuvent pas se permettre d'ouvrir de compte et d'avoir une carte, car les coûts de gestion en Italie sont parmi les plus chers d'Europe !"  

Mais le gouvernement a aussi une autre idée : une "loterie des reçus" pour inciter les Italiens à réclamer leurs facturettes aux commerçants. S'ils sont tirés au sort, ils pourraient gagner gros : la possibilité de gagner de l'argent ou des bonus fiscaux.

L'Italie veut inciter ses contribuables à payer par carte de crédit. Le reportage à Rome de Bruce de Galzain.
--'--
--'--