L'Italie s'engage à mener à terme la liaison Lyon-Turin

Le coût de cette infrastructure est estimé à quelque 20 milliards d'euros, dont 40% doit être financé par l'UE, 35% par l'Italie et 25% par la France. 

Le chantier du tunnel Lyon-Turin à Saint-Martin-la-Porte (Savoie), le 1er février 2019.
Le chantier du tunnel Lyon-Turin à Saint-Martin-la-Porte (Savoie), le 1er février 2019. (NICOLAS LIPONNE / NURPHOTO / AFP)

Le projet est enfin remis sur les rails. L'Italie a écrit à l'Union européenne pour l'informer qu'elle s'engageait à terminer la liaison ferroviaire à grande vitesse entre Lyon et Turin dont le coût est estimé à quelque 20 milliards d'euros, a indiqué le président du parlement européen David Sassoli, samedi 27 juillet.

Un tunnel à plus de huit milliards d'euros

Cette liaison, qui a fait l'objet de controverses au sein de la coalition gouvernementale italienne, prévoit le percement d'un tunnel de 58 km à travers les Alpes pour relier les deux villes. Ce chantier est financé à 40% par l'UE, à 35% par l'Italie et à 25% par la France. Le coût du seul tunnel est évalué à huit milliards et demi d'euros.

Le Mouvement 5 Etoiles (M5S) s'est longtemps montré hostile à cette entreprise, affirmant que l'Italie devait concentrer ses ressources sur l'amélioration de son propre réseau ferroviaire. La Ligue, formation d'extrême droite de Matteo Salvini, est elle favorable à l'achèvement de l'édifice et le président du Conseil italien Giuseppe Conte a expliqué cette semaine que l'arrêt du chantier serait plus coûteux que sa réalisation.