L'alliance entre la Ligue et le Mouvement 5 étoiles a "une chance" de réussir, "mais les jeux sont loin d'être faits"

Silvio Berlusconi a donné son feu vert mercredi à un accord gouvernemental entre son alliée La Ligue et le Mouvement 5 étoiles, mais "les jeux sont loin d'être faits" à cause de désaccords entre les deux partis, selon la chercheuse Laurence Morel jeudi sur franceinfo.

L\'ancien chef du gouvernement italien Silvio Berlusconi, leader du parti politique Forza Italia, le 7 mai 2018 à Rome (Italie).
L'ancien chef du gouvernement italien Silvio Berlusconi, leader du parti politique Forza Italia, le 7 mai 2018 à Rome (Italie). (TIZIANA FABI / AFP)

Silvio Berlusconi a donné son feu vert mercredi 9 mai à un accord gouvernemental entre son alliée La Ligue (extrême droite) et le Mouvement 5 étoiles (antisystème), une démarche susceptible de mettre fin au blocage politique dans le pays.

C'est "l'alliance qui est la plus souhaitée par les électeurs du Mouvement 5 étoiles", a commenté le 10 mai sur franceinfo Laurence Morel, maître de conférences à l’université de Lille et chercheur au Centre de recherches politiques de Sciences Po (CEVIPOF). "Elle a une chance" de réussir "mais les jeux sont loin d'être faits", car il y a des désaccords notamment sur le "revenu de citoyenneté" que défend le Mouvement 5 étoiles "or la Ligue ne s'est pas engagée sur cette mesure (…) c'est là que le bât va blesser", a estimé la chercheuse.

franceinfo : cette alliance entre la Ligue et le Mouvement 5 étoiles a-t-elle une chance réelle d'aboutir ?

Laurence Morel : Elle a une chance mais les jeux sont loin d'être faits. Il faut que les différents protagonistes s'entendent sur un programme et sur les postes dans le gouvernement, celui du président du Conseil. Ce sera très difficile. Chacun va essayer de tirer la couverture à lui. Pour autant, il faut savoir que l'alliance qui est la plus souhaitée par les électeurs du Mouvement 5 étoiles, c'est cette alliance-là avec la Ligue. Entre 30% et 50% des électeurs du Mouvement 5 étoiles sont favorables à cette alliance. Les alternatives sont moins populaires.

Est-ce qu'il y a des points communs entre le Mouvement 5 étoiles et la Ligue ?

Oui, mais qui se résument à pas grande chose, même si ce sont des aspects importants. Ils sont partisans d'une très forte baisse de la fiscalité qui pèse sur les entreprises. Ils sont d'accord pour revenir sur la réforme des retraites. L'Italie a réformé l'âge du départ à la retraite qui a été reculé. Les deux formations veulent rebaisser encore l'âge de la retraite. Ils sont d'accord sur l'immigration avec une politique de renvois beaucoup plus musclée des migrants. Par ailleurs, si Silvio Berlusconi a changé d'avis sur cette alliance, c'est qu'il ne veut pas retourner aux élections car les sondages sont épouvantables pour Forza Italia.

Quels sont les points de désaccord entre les deux partis ?

Les mesures que prône le Mouvement 5 étoiles supposent des dépenses publiques. Il veut introduire une sorte de revenu de citoyenneté sur le modèle de celui qui a été présenté en France - par Benoît Hamon lors de la présidentielle - et ça coûte très cher. Or la Ligue ne s'est pas engagée sur cette mesure. Elle est plutôt contraire à cela car elle représente l'électorat du Nord qui est très anti-dépenses publiques, très anti-dépenses sociales. C'est là que le bât va blesser, car le Mouvement 5 étoiles s'est engagé sur cela auprès de ses électeurs. Et le fait de baisser énormément les impôts va entraîner des problèmes de financement évidents.