Italie : le déraillement d'un train à grande vitesse près de Milan fait deux morts et une trentaine de blessés

L'accident s'est produit à hauteur de Lodi, à une cinquantaine de kilomètres au sud de Milan.

Des policiers italiens inspectent le train qui a déraillé sur la ligne reliant Milan à Salerne, le 6 février 2020.
Des policiers italiens inspectent le train qui a déraillé sur la ligne reliant Milan à Salerne, le 6 février 2020. (MIGUEL MEDINA / AFP)

Un train à grande vitesse reliant Milan à Salerne, en Italie, a déraillé, jeudi 6 février au matin, près de Lodi, à une cinquantaine de kilomètres au sud de Milan. Le bilan définitif est de deux morts et 31 blessés, dont quatre plus sérieusement bien que leurs jours ne soient pas en danger. Les deux personnes tuées sont les machinistes du train à grande vitesse Freccia Rossa. 

"Les premières investigations ont commencé pour comprendre où se situe le point zéro" du déraillement, a indiqué le préfet de Lodi, précisant que l'"on ne peut rien affirmer encore" sur les raisons de l'accident. "Nous sommes très attristés pour les deux victimes, les deux cheminots, et nous exprimons notre solidarité envers leurs familles. On ne peut encore rien affirmer" sur les causes l'accident, a aussi déclaré à des journalistes le chef du gouvernement, Giuseppe Conte. Le parquet de Lodi a ouvert une enquête sur la catastrophe pour homicides et blessures involontaires.

"J'ai pensé mourir"

D'après les premières constatations, il semble que la motrice du train soit sortie des rails et soit aller heurter un chariot ou un boggie (chariot situé sous un véhicule ferroviaire) sur une voie parallèle avant d'aller percuter un bâtiment ferroviaire situé à plusieurs dizaines de mètres de là. Le reste du train a en revanche poursuivi sa route pendant 200 ou 300 mètres puis la voiture de tête a fini par se coucher sur le flanc, rapportent  La Repubblica et Corriere della Sera. Les autres sont plus ou moins intactes.

Des témoins, cités par la chaîne d'information en continu Rainews 24, ont dit avoir été "ballotés pendant 60 secondes comme sur les montagnes russes". "J'ai pensé mourir, je ne peux pas décrire ce qui s'est passé, je ne le réalise toujours pas, le train allait très vite, a raconté un jeune rescapé de 21 ans, hospitalisé à Piacenza. Soudainement, j'ai entendu un violent coup. Un rugissement très fort".

Il y a deux ans, le 25 janvier 2018, le déraillement d'un train de banlieue qui avait percuté un poteau électrique à Pioltello, près de Milan, avait fait trois morts et plusieurs dizaines de blessés parmi les 350 passagers.