Italie : le bois de Trino, forêt ancestrale au milieu des rizières

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Italie : le bois de Trino, forêt ancestrale au milieu des rizières
France 3
Article rédigé par
A.Mikoczy, L.Tositti, C.Guimier, V.Parent - France 3
France Télévisions

Dans le nord de l'Italie, le bois de Trino est géré par un collectif de copropriétaires du village. Ce statut très particulier a permis à la forêt de survivre à toutes les péripéties, au point de devenir un modèle de réserve naturelle. 

Ces rizières du bois de Trino (Italie) sont les plus vastes d'Europe. Au milieu, on trouve 600 hectares de chênes et de peupliers, qui ont résisté à la déforestation. "Quand on vient ici en avril, depuis les collines du Po, la forêt apparait comme la seule tache verte. Un rectangle entièrement encerclé par l'eau des rizières", explique Pierluigi Terzuolo, conservateur de la forêt. Au printemps, le son des tronçonneuses se fait entendre. C'est le moment du prélèvement annuel autorisé : du bois pour le chauffage, ou pour la menuiserie. Les coupes sont toutefois réglementées et très limitées. Seuls les gens du village ont le droit de déposer leur empreinte au pied des arbres. 

Une communauté solidaire pour sa forêt 

Ce poinçon remonte au Moyen-Âge. En 1275, le seigneur local offrait ce bois aux paysans courageux qui l'avaient défendu. Au fil des siècles, les descendants de ces hommes ont conservé un droit collectif, qu'ils n'ont jamais abandonné. Lorsqu'une famille avait besoin d'argent, les autres l'aidaient pour qu'elle ne revende pas sa parcelle. "L'importance symbolique de la forêt fait qu'on l'a toujours défendue, comme une communauté, explique Bruno Ferrarotti, ayant droit de la forêt. Même pendant les guerres, les famines, les moments les plus difficiles". La forêt est aujourd'hui toujours gérée de manière collective. Chaque année, les droits à couper sont tirés au sort entre les 800 familles de Trino. 

En 1991, l'Etat a classé le site parc naturel, et l'Union européenne a ensuite apporté des financements. Depuis, la forêt s'agrandit dans le respect des espèces originelles. Au printemps, des milliers d'oiseaux migrateurs viennent y nicher au milieu des libellules et des grenouilles. Des tortues des marais, qui avaient quasiment disparues d'Europe à la fin du XXème siècle, ont également fait leur réapparition. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.