À Rome, frayeur pour les mythiques studios de Cinecittà après un incendie

Le feu s'est déclaré sur un plateau en cours de démontage, et un important panache de fumée noire était visible des kilomètres à la ronde. ll n'y a pas eu de blessé. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des pompiers maîtrisent le feu qui s'est déclaré dans Cinecittà, berceau du cinéma italien, le 1er août 2022 à Rome (Italie). (RICCARDO DE LUCA / AGENCE ANADOLU / AFP)

La peur s'est emparée des studios de Cinecittà à Rome (Italie). Un incendie s'est déclaré sur un plateau en papier mâché, lundi 1er août, qui reconstituait la Florence de la Renaissance. Le feu, qui dégageait d'épaisses fumées noires visibles à plusieurs kilomètres, s'est déclaré vers 15h30, ont précisé les pompiers sur Twitter. Entièrement détruit, le plateau était en cours de démontage.

Cet incident a fait craindre le pire, en cette période de sécheresse historique. Fort heureusement, "l'incendie a été éteint. Il n'y a ni blessés, ni intoxiqués, ni dégâts matériels graves", a annoncé un porte-parole des studios, Marlon Pellegrini, dans un communiqué. Les décors de la suite de la mini-série The Young Pope, de Paolo Sorrentino, ainsi que ceux d'une téléréalité, ont été sauvés, signale Corriere della sera (en italien), après des craintes à leur endroit.

Trois équipes de pompiers ont été nécessaires pour circonscrire l'incendie rapidement, avant qu'il ne se propage aux autres plateaux. L'origine du sinistre est encore inconnue à ce stade, mais la piste privilégiée est celle d'un accident. En 2007, un spectaculaire incendie avait déjà ravagé un entrepôt abritant des décors de la super-production télévisée anglo-américaine Rome relatant la naissance de l'empire romain. 

Cinecittà tente de retrouver son lustre passé

De nombreux chefs-d'oeuvre classiques ont été tournés dans la "ville du cinéma", comme Ben Hur (1959), de William Wyler, et la Dolce Vita (1960), de Federico Fellini. Dans les années 1970, le boom des productions télévisées et la crise des productions cinématographiques avaient mis un terme à l'âge d'or de Cinecittà, qui connaîtra une longue traversée du désert. Privatisés, puis repassés sous contrôle public en 2017, les studios ont de nouveau accueilli des productions étrangères au début des années 2000.

Ils ont dévoilé l'an dernier un plan de développement de 260 millions d'euros avec l'ambition de devenir d'ici à 2026 "un important pôle cinématographique européen", en pariant sur les séries et les programmes TV. Ce plan prévoit notamment le doublement de la surface des studios, la création et la rénovation de plateaux, la construction d'une piscine intérieure et d'un théâtre avec un écran vert à 360°.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Italie

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.