Syrie : 23 morts dont 16 combattants étrangers tués dans les raids d'Israël

L'armée israélienne a revendiqué de nouvelles frappes contre des positions du régime syrien et des forces iraniennes Al-Qods en Syrie, pays allié de l'Iran, le grand ennemi régional d'Israël.

Un tank déployé par Israël sur les plateaux du Golan, le 20 novembre 2019, lors de l\'offensive israélienne.
Un tank déployé par Israël sur les plateaux du Golan, le 20 novembre 2019, lors de l'offensive israélienne. (JALAA MAREY / AFP)

Des frappes aériennes de "grande ampleur" revendiquées par IsraëlVingt-trois personnes ont été tuées dans des raids nocturnes israéliens à Damas et dans sa banlieue, contre des positions du régime syrien et des forces iraniennes alliées, selon un nouveau bilan, publié mercredi 20 novembre, par l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), une ONG.

Parmi ces personnes tuées, l'OSDH dénombre 21 combattants, dont 16 étrangers, et deux civils, qui ont succombé à leurs blessures. Un premier bilan faisait état de 11 combattants tués, dont 7 étrangers, dans les frappes israéliennes. Les nationalités de ces combattants étrangers n'ont pas été précisés.

"Celui qui nous frappe, nous le frapperons !"

Les avions de chasse israéliens ont, selon l'armée, frappé une "dizaine de cibles militaires" en Syrie, incluant des entrepôts et des centres de commandement militaires. Les militaires israéliens, qui revendiquent rarement des attaques sur le sol syrien, ont indiqué qu'un "missile antiaérien syrien" avait au préalable "été tiré malgré des avertissements clairs de ne pas le faire".

"Celui qui nous frappe, nous le frapperons ! C'est ce que nous avons fait cette nuit contre des cibles militaires syriennes et des forces Al-Qods iraniennes en Syrie", a déclaré le Premier ministre Benyamin Nétanyahou, actuellement au cœur d'intenses tractations pour se maintenir au pouvoir.