Vidéo Des gaz lacrymogènes lancés contre des manifestants devant l'ambassade d'Iran à Paris

Publié Mis à jour
Manifestation à Paris devant l'ambassade d'Iran
Article rédigé par
France Télévisions

Des milliers de personnes ont défilé dimanche pour protester contre la répression des manifestations en Iran.

C'était la deuxième manifestation consécutive en deux jours à Paris pour dénoncer la mort en détention de Mahsa Amini, 22 ans, arrêtée à Téhéran le 13 septembre par la police des mœurs pour "port de vêtements inappropriés". Des milliers de personnes ont défilé, dimanche 25 septembre, pour protester contre la répression des manifestations en Iran et la police française a utilisé des gaz lacrymogènes pour les empêcher d'atteindre l'ambassade de la République islamique, selon des journalistes de l'AFP.

Les participants reprochaient notamment au président français Emmanuel Macron d'avoir serré la main de son homologue iranien, Ebrahim Raïssi, lors de leur rencontre, le 20 septembre en marge de l'assemblée générale des Nations unies à New York. Celle-ci portait notamment sur une relance de l'accord international sur le programme nucléaire de Téhéran.

"France, ça suffit le silence"

Parti de la place du Trocadéro, le cortège parisien s'est dirigé vers l'ambassade d'Iran au son des slogans tels que "femme, vie, liberté !", en écho à ceux des manifestants en Iran, ou encore "France, ça suffit le silence"A l'approche de l'ambassade, près du siège du Conseil économique, social et environnemental (Cese), les policiers ont fait usage à plusieurs reprises de gaz lacrymogènes.

La préfecture de police de Paris a fait état de "4 000 personnes" rassemblées place d'Iéna. A plusieurs reprises, des groupes ont tenté de forcer le barrage mis en place par les forces de l'ordre qui ont eu recours à des "moyens d'intervention intermédiaires" (gaz lacrymogènes) pour les repousser, selon la préfecture de police. Une personne a été interpellée pour "outrage et rébellion" et un policier a été légèrement blessé, a ajouté la préfecture.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.