Un Boeing ukrainien transportant au moins 168 passagers s'écrase peu après son décollage de Téhéran

Le Croissant-Rouge iranien a d'ores et déjà indiqué qu'il était "de toute évidence impossible" que des passagers de l'avion "soient en vie" après ce crash.

Des hommes effectuent des recherches dans la zone où un Boeing ukrainien transportant au moins 170 passagers s\'est écrasé, mercredi 8 janvier 2020, après son décollage de l\'aéroport international de Téhéran (Iran).
Des hommes effectuent des recherches dans la zone où un Boeing ukrainien transportant au moins 170 passagers s'est écrasé, mercredi 8 janvier 2020, après son décollage de l'aéroport international de Téhéran (Iran). (IRANIAN RED CRESCENT / ANADOLU AGENCY / AFP)

Un Boeing 737 de la compagnie aérienne Ukraine International Airlines (UIA) s'est écrasé peu après son décollage de l'aéroport international de Téhéran (Iran) en direction de Kiev, mercredi 8 janvier, a indiqué l'agence de presse officielle Irna. L'appareil transportait au moins 170 passagers, selon l'aviation civile. Mais d'après un haut responsable de la diplomatie ukrainienne, "il y avait 168 personnes à bord, selon des chiffres préliminaires".

Le Croissant-Rouge iranien a d'ores et déjà indiqué qu'il était "de toute évidence impossible" que des passagers de l'avion "soient en vie" après ce crash, dont les circonstances sont encore floues. "Tous les passagers sont morts", titre de son côté Irna, agence officielle iranienne. Quelques heures plus tard, le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, a confirmé qu'il n'y avait aucun survivant.

Des problèmes techniques pointés du doigt

Selon les premiers éléments émergeant dans les médias iraniens, l'avion s'est écrasé sur le territoire de la ville de Chahriar, à l'ouest de la métropole de Téhéran. Il aurait pris feu. Des ambulances ont été envoyées sur place. D'après l'agence Irna et PressTV, la télévision d'Etat en langue anglaise, des problèmes techniques pourraient être en cause. Boeing, le constructeur américain de l'appareil, a réagi sur Twitter : "Nous sommes au courant des informations de presse qui viennent d'Iran et nous rassemblons davantage d'informations."

La télévision d'Etat iranienne a montré des images du site du crash sur lesquelles on voit des équipes de secouristes du Croissant-Rouge iranien fouiller un terrain vague sur lequel des débris sont éparpillés.