Les Emirats arabes unis dénoncent des "actes de sabotage" contre deux pétroliers saoudiens, l'Iran réclame une enquête

Les Emirats avaient annoncé dimanche que quatre navires commerciaux de diverses nationalités avaient été la cible d'actes de sabotage au large de Fujairah.

Le ministre saoudien de l\'Energie, Khalid al-Falih, à Riyadh, le 8 avril 2019.
Le ministre saoudien de l'Energie, Khalid al-Falih, à Riyadh, le 8 avril 2019. (FAYEZ NURELDINE / AFP)

La tension monte dans le Golfe. Le ministre saoudien de l'Energie Khalid al-Falih a annoncé, lundi 13 mai, que des "actes de sabotage" ont été perpétrés contre deux pétroliers saoudiens au large des Emirats arabes unis, a rapporté l'agence de presse officielle saoudienne SPA.

Les Emirats avaient annoncé dimanche que quatre navires commerciaux de diverses nationalités avaient été la cible d'actes de sabotage au large de Fujairah. Le ministre a précisé qu'il n'y avait pas de blessé ou de fuite de carburant à la suite de ces attaques, mais il a affirmé qu'elles ont "provoqué des dégâts considérables aux structures des deux navires". Un des deux pétroliers était en route pour être chargé de pétrole au terminal pétrolier saoudien de Ras Tanura pour des clients américains, a-t-il dit.

L'Iran réclame une enquête

Les Emirats n'ont pas mentionné qui était responsable des attaques perpétrées dimanche matin mais ont déclaré que "mener des actes de sabotage contre des navires commerciaux et civils, de même que menacer la sécurité et la vie de ceux présents à bord représente une évolution grave". Dimanche, Abou Dhabi a appelé la communauté internationale à "prendre ses responsabilités pour empêcher que de telles actions soient commises par des parties cherchant à porter atteinte à la sécurité de la navigation".

De son côté, l'Iran a demandé une enquête."Les incidents qui se sont produits en mer d'Oman sont alarmants et regrettables", a dit le porte-parole des Affaire étrangères, Abbas Moussaoui, dans un communiqué en anglais. Il a mis en garde contre "l'aventurisme d'acteurs étrangers" dans la région.