Haut-gradé iranien tué en Syrie : l'Iran menace Israël de représailles avec l'aide de ses alliés

Le régime de Téhéran compte venger la mort d'un important commandant d'une unité d'élite, tué par une frappe aérienne dans le nord de la Syrie.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min
Le drapeau de la République islamique d'Iran étendu dans sa capitale, Téhéran, le 18 novembre 2023. (MORTEZA NIKOUBAZL / NURPHOTO VIA AFP)

Les Gardiens de la révolution, l'armée idéologique de l'Iran, ont prévenu mercredi 27 décembre que Téhéran riposterait à l'assassinat par Israël d'un de leurs commandants par une "action directe" et d'autres menées par des groupes pro-iraniens dans la région. Lundi, le régime iranien avait dénoncé cette opération de l'armée israélienne qui avait causé la mort du général de brigade Razi Moussavi, un important commandant de la Force Qods, la branche des opérations étrangères et l'unité d'élite des Gardiens.

Selon la BBC, Razi Moussavi était notamment chargé des relations stratégiques entre Téhéran et Damas, après avoir été un proche du général iranien Qassem Soleimani, tué en Irak 2020 par les Etats-Unis. "Notre réponse à l'assassinat de Moussavi sera une combinaison d'action directe et d'autres menées par le front de la résistance", a déclaré mercredi le porte-parole des Gardiens de la révolution, Ramazan Sharif, cité par l'agence nationale iranienne Mehr.

Le "front de la résistance" est le terme employé en Iran englobant le pouvoir en Syrie, le Hezbollah libanais, le Hamas palestinien, des groupes irakiens et les rebelles yéménites Houthis, proches de l'Iran et opposés à Israël, l'ennemi juré de la République islamique. En Irak, des centaines de personnes ont participé mercredi dans les villes saintes chiites de Najaf et Kerbala à des cérémonies funéraires en hommage à Razi Moussavi.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.