Inde : le parti du Premier ministre sortant Narendra Modi remporte les législatives

C'est la première fois depuis 1984 qu'un parti indien conserve sa majorité absolue d'une élection à l'autre.

Le Premier ministre indien Narendra Modi revendique la victoire aux législatives, le 23 mai 2019 à New Delhi (Inde).
Le Premier ministre indien Narendra Modi revendique la victoire aux législatives, le 23 mai 2019 à New Delhi (Inde). (PRAKASH SINGH / AFP)

La coalition du Premier ministre sortant Narendra Modi a de nouveau remporté une victoire historique aux élections législatives en Inde, dont le dépouillement, qui a débuté jeudi 23 mai, est toujours en cours. C'est la première fois depuis 1984 qu'un parti indien conserve sa majorité absolue d'une élection à l'autre.

L'Alliance démocratique nationale (NDA) constituée autour du Bharatiya Janata (BJP), parti nationaliste hindou de Narendra Modi, arrive en tête pour l'octroi de 300 des 542 sièges de la chambre basse du Parlement, selon les chiffres officiels de la Commission électorale communiqués au fur et à mesure du dépouillement. En 2014, le BJP avait remporté 282 sièges, dix de plus que la majorité absolue.

Selon les projections de la chaîne de télévision NDTV, la NDA devrait finalement remporter 348 sièges. L'Alliance progressive unie (UPA), principale coalition de l'opposition constituée autour du Parti du Congrès, devrait obtenir 85 sièges, ajoute NDTV. Les résultats officiels définitifs sont attendus jeudi soir, après le dépouillement de plus de 600 millions de bulletins exprimés en sept phases étalées sur près de six semaines.

Désillusion pour le Parti du Congrès

"Ensemble, nous allons construire une Inde forte et ouverte", a promis Narendra Modi sur Twitter. "L'Inde gagne une nouvelle fois !"

La victoire de Narendra Modi a stimulé les marchés financiers, les investisseurs ne doutant pas que son gouvernement poursuivra les réformes économiques. Le gouvernement sera toutefois sous pression afin notamment de relancer des revenus agricoles déclinants et d'offrir des emplois aux dizaines de millions de jeunes qui arriveront sur le marché du travail dans les prochaines années.

La déconvenue est rude pour le président du Parti du Congrès, Rahul Gandhi, battu dans le district d'Amethi qui fut autrefois celui de son père Rajiv, assassiné en 1989, et sa mère Sonia. Il pourra toutefois siéger au Parlement, puisqu'il était également candidat dans une circonscription du sud de l'Inde et qu'il y a été élu.